RDC: des décrets qui posent question

Investiture de Félix Tshisekedi en présence de Joseph Kabila, le 24 janvier 2019 à Kinshasa. Au niveau de la présidence de la République, l'affaire embarrasse.
© REUTERS/ Olivia Acland

En République démocratique du Congo, plusieurs organisations et acteurs de la société civile dénoncent les nominations qui ont été faites et les décisions qui ont été prises à quelques jours de la fin du mandat de Joseph Kabila. Certaines d'entre elles pourraient avoir été taillées sur mesure au profit des anciens membres du gouvernement et de l'entourage de Joseph Kabila. C'est le cas de deux décrets qui ont été signés en novembre 2018 et qui octroient au Premier ministre et autres membres du gouvernement de nombreux avantages.

Dans ce décret publié dans le Journal officiel le 15 décembre 2018, il est reconnu aux anciens Premiers ministres, à charge du Trésor public, une indemnité mensuelle estimée à 30% des émoluments du Premier ministre en fonction, une indemnité mensuelle de logement équivalant à 5 000 dollars américains et bien d'autres avantages. Hormis le Premier ministre, tous les autres membres du gouvernement sont couverts par un autre décret qui leur reconnaît notamment une indemnité mensuelle estimée à 30% des émoluments de ceux en fonction.

Les réactions ne se sont pas fait attendre

Ce décret étend ces avantages également aux personnalités exerçant les fonctions équivalentes au rang des membres du gouvernement, au cabinet du président de la République et au cabinet du Premier ministre. Les réactions ne se sont pas fait attendre dans la classe politique et parmi les acteurs de la société civile.

L'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj), par exemple, estime que ces deux décrets doivent être annulés, parce qu'ils violeraient l'ordonnance loi qui prévoit que les membres du gouvernement n'aient droit qu'à une indemnité de sortie équivalant à six mois de leurs rémunérations à la fin de leurs fonctions. L'organisation estime également que ces décrets posent un problème moral. Elle pense que ces avantages sont taillés sur mesure.

Une affaire qui embarrasse

Au niveau de la présidence de la République, l'affaire embarrasse. Certains collaborateurs de Félix Tshisekedi rapportent qu'une décision sera prise incessamment.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.