Tchad: la nouvelle ministre du pétrole déjà limogée

Un puits de pétrole, dans le sud du Tchad (photo d'illustration).
© AFP/SONIA ROLLEY

Nommée le 21 janvier 2019, Aziza Mariam al-Bachir ne sera restée en poste que neuf jours. La première femme ministre du pétrole a été débarquée le 31, à la surprise générale.

Aziza Mariam al-Bachir était patronne d’une major basée à N’Djamena avant sa nomination comme ministre du Pétrole et de l’Énergie. Fin décembre 2018, lors d’une audience au cabinet du président de la République, elle s’est plainte au nom de sa société d’avoir été écartée de l’attribution d’un bloc pétrolier dans le sud du pays alors que, selon elle, l’offre de son entreprise était la mieux-disante.

Une accusation qui serait, selon nos sources, une des raisons du limogeage de son prédécesseur, Boukar Michel. Mais la nouvelle ministre n’a pas pu prouver ses affirmations. Au contraire, des informations contradictoires sont venues infirmer son discours. Chose qui a provoqué l’ire de la hiérarchie et, donc, son renvoi rapide, sans lui donner le temps d’entrer dans ses dossiers.

Ce vendredi 1er février, Mme al-Bachir a passé le service à Mahamat Hamid Koua, un proche de Daoussa Deby, le grand frère du chef de l’Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.