Bientôt une variété de niébé OGM commercialisée au Nigeria

Le niébé est la principale légumineuse du Nigeria.
© Wikimedia Commons / Pauline Samain CC BY-SA 4.0

Après des années d'essais, l’Agence de biosécurité nigériane vient d'autoriser la culture de la première légumineuse génétiquement modifiée, le niébé. La plante doit encore être déclarée au comité de vérification des variétés avant de pouvoir être commercialisée.

Riche en protéine, le niébé est une alternative bon marché à la viande. Mais il est ravagé par un insecte qui fait perdre jusqu’à 80 % des récoltes certaines saisons. Aujourd’hui, les agriculteurs nigérians se tournent vers les pesticides pour protéger leurs plantations.

Ce niébé génétiquement modifié, mis au point par l’Institut de recherche agricole après dix ans d’expérimentations, est lui résistant à ce nuisible.

Une interrogation subsiste : est-ce vraiment sans danger pour l’être humain ? « Je suis absolument sûr que ce niébé transgénique est tout à fait sain, affirme le professeur Mohammad Ishiyaku, responsable du projet depuis son lancement en 2009. Il possède exactement les mêmes composants chimiques que le niébé cultivé aujourd’hui : autant de protéines, autant de minéraux… Et tout ça dans les mêmes quantités que le niébé traditionnel. »

Nnimmo Bassey, de l’organisation Les Amis de la Terre, craint que le niébé OGM ne détruise les autres. « Cette variété génétiquement modifiée va contaminer les variétés naturelles à cause de la pollinisation, explique-t-il. Ce qui réduirait sérieusement la biodiversité et générerait un risque de perdre un grand nombre de plantations en cas de problème de récolte. »

L’Institut de recherche agricole s’attend à une hausse de la production de niébé de 20 %. Un chiffre réfuté par les anti-OGM.

Le Nigeria est déjà le premier producteur de niébé au monde avec 3,7 millions de tonnes cultivées tous les ans. Mais aussi son plus gros consommateur, et le pays doit donc importer 500 000 tonnes de niébé chaque année.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.