Mauritanie: la Maison des artistes rouvre ses portes

Mamadou Anne, pionnier de l'art contemporain mauritanien, à la Maison des artistes et du savoir, le 2 février 2019.
© RFI/Edouard Dropsy

A Nouakchott, la capitale mauritanienne, la Maison des artistes a inauguré ses nouveaux locaux le 2 février après quatre ans passés dans des conditions précaires. Pour l'occasion, Mamadou Anne, pionnier de l’art contemporain, a exposé ses nouvelles oeuvres.

Mamadou Anne est à la guitare pour passer le temps avant de recevoir ses invités, ce 2 février. Le Mauritanien fête ce soir-là ses 40 ans de création. Pour l’occasion, une trentaine de ses toiles aux tonalités vaporeuses et colorées qui s'inspirent de son vécu sont exposées dans la nouvelle Maison des artistes et du savoir de Nouakchott.

« J’ai voulu aborder un passage mystique dans mon évolution, explique-t-il. Quand j’étais enfant, on me berçait toujours avec ces scénarios mystiques après le crépuscule. Mes parents, pour éviter que je sorte, me disaient que les djinns [esprits] étaient en mouvement (le soir) ».

L'art contemporain africain, toujours en plein essor

Les visiteurs éprouvent du plaisir de retrouver une salle d’art contemporain à Nouakchott, la capitale mauritanienne. « La Maison des artistes, c’est un cadre qui permettra aux artistes de continuer leurs travaux et de faire participer toutes les personnes qui s’intéressent à l’art », explique l'un d'entre eux.

La Maison des artistes et du savoir a rouvert ses portes ce week-end sous l’impulsion de son ami, le peintre Mokhis. « On a rouvert cette maison pour redynamiser ce mouvement qu’on a créé et dont on ne veut pas qu’il disparaisse, raconte-t-il. Cette maison, c’est parce que nous allons peut-être bientôt partir... Ce sont les jeunes qui vont prendre la relève et il faut qu’is trouvent tout devant eux pour qu’ils puissent vraiment s’épanouir ».

Avec ce nouveau lieu ouvert à tous, l’art mauritanien espère dépasser une nouvelle fois les frontières.

► Lire aussi : «Une parole libre» en Mauritanie, rfi, 11/4/2015

► Lire aussi : «Donaye», un autre «Timbuktu», rfi, 13/12/2014

► Lire aussi : Fierté et réalité du cinéma mauritanien, rfi, 9/12/2014

► Lire aussi : Abderrahmane Sissako, cinéaste mauritanien (et) universel, rfi, 9/5/2014

► Lire aussi : Mokhis, artiste plasticien : «Une image vaudra toujours plus que mille mots», blog-rfi-Atelier des médias, 20/3/2012

 

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.