Côte d'Ivoire: manifestation à Abobo contre la libération de Gbagbo et Blé Goudé

Abidjan, le 4 février 2019: plus d’une centaine de manifestants ont manfestés dans les rues d’Abobo, un quartier réputé favorable au pouvoir, où une marche de femmes opposées à Laurent Gbagbo avait été réprimée en mars 2011, faisant plusieurs morts.
© RFI/Carol Valade

En Côte d’Ivoire, un groupe de victimes de la crise post-électorale de 2010-2011 a exprimé sa colère hier lundi, suite à la libération sous condition vendredi dernier de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Plus d’une centaine de manifestants sont sortis dans les rues d’Abobo, un quartier d’Abidjan réputé favorable au pouvoir et où une marche de femmes opposées à Laurent Gbagbo avait été réprimée en mars 2011, faisant plusieurs morts.

Le cortège est presque entièrement féminin. Toutes portent un tissu rouge pour marquer le deuil et la colère. Colère de découvrir les images de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé quittant la CPI.

« J’ai eu comme un coup de couteau dans le dos en les voyant je m’attendais à tout sauf à ça... » nous confie Mariam Sanou.

Sur le parcours, des cris des pleurs mais surtout l’incompréhension. Un sentiment partagé par Kadi Cissé. « Je comprends pas pourquoi on libère monsieur Laurent Gbagbo, il faut qu’on m’explique !  C’est pour ça qu’on est sortis: nous ne voulons pas d’eux ici, c’est vrai que c’est un Ivoirien mais il n’a pas voulu de nous et la population ne veut pas de lui ».

La marche se disperse au rond point d’Abobo. Issiaka Diaby, président du collectif des victimes, prend alors la parole.

« Les victimes se sont senties narguées, ces commentaires dans les quartiers, ces injures, ces intimidations... les victimes ne le supportent plus... Elles ruminent vengeance et ça n’est pas bon pour la Côte d’Ivoire », regrette t-il. Selon lui, les victimes perdent peu à peu confiance en la justice internationale. « Dignes dans la douleur ! » lance t-il encore.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.