Republier
Somalie

La Somalie demande l’annulation de sa dette

Vue générale de la capitale Mogadiscio.
© REUTERS/AU-UN IST Photo/Tobin Jones/Handout

La Somalie est en bonne voie pour faire annuler ses dettes. Le pays de la Corne de l'Afrique devait en effet 4,6 milliards de dollars fin 2017 à ses créanciers, dont les Etats-Unis, l'Italie, la Banque mondiale, la France, le Fonds monétaire international. La Chine a déjà franchi le pas en annulant la dette somalienne. L'Arabie saoudite, elle, l'a rééchelonnée. Cela fait près de trois ans que la Somalie travaille avec le FMI pour préparer le terrain à cette annulation massive. Un besoin vital qui était au coeur d'une conférence en marge du sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba.

C'est un collectif d'ONG qui a lancé cette initiative avec le gouvernement fédéral somalien.

« Il y a de nombreux créditeurs, à la fois des institutions internationales et des pays, et chacun a ses propres contraintes, ses propres programmes et ses propres considérations. De notre côté, nous sommes déterminés à faire ce qu'il faut », explique le ministre des Finances, Abdirahman Dualeh Baileh.

Le gouvernement est déterminé à négocier avec le FMI qui apporte une aide dite « technique ». Il s'agit par exemple d'améliorer la gestion de l'administration, la paie des fonctionnaires, leur enregistrement pour éviter les fuites d'argent. Il s'agit aussi d'améliorer la collecte des impôts.

Mais les exigences des institutions financières internationales inquiètent les ONG comme Oxfam, dont Apollos Mwafor, son directeur panafricain : « Est-ce que les taxes seront progressives ou bien vont-ils taxer davantage les pauvres et moins les riches ? Si nous privatisons, qu'allez-nous privatiser ? Allons-nous privatiser des services publics aux dépens des plus pauvres ? »

Selon les ONG, la plupart de cette dette de 4,6 milliards de dollars est due aux investissements faits avant les années 1990. Des investissements détruits ou mal conservés du fait des guerres civiles.

Les deux tiers de la population n'en a donc jamais vu la couleur. Mais elle en porte le fardeau. Les partenaires de la Somalie sur ce dossier espèrent une annulation de la dette d'ici 2021 dans le meilleur des cas.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.