Republier
Algérie

Algérie: Abdelaziz Bouteflika peut compter sur un solide réseau pour le soutenir

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, en 2016.
© AFP/Eric FEFERBERG

En Algérie, la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à l’élection présidentielle a fait beaucoup réagir. Mais malgré les critiques, le président de 81 ans a peu de chances de perdre le scrutin. Ce lundi, le ministre de la Justice a d’ores et déjà commencé à expliquer ce que serait la grande concertation nationale promise par le président dans sa lettre à la nation. Et pour cause, s’il est le grand favori de la présidentielle, c’est parce qu’Abdelaziz Bouteflika bénéficie d’un immense réseau qui le soutient.

Au premier plan, il y a les politiques. Les ministres et les cadres des partis de l’alliance présidentielle, dont certains feront campagne pour le président, comme Abdelmalek Sellal, ancien Premier ministre. Ou Ahmed Ouyahia, Premier ministre, qui a affirmé que les manifestations de ceux qui appellent au boycott seraient interdites.

Ensuite, il y a des organisations sociales comme les unions d’étudiants réunis l’année dernière en une coalition « Génération Bouteflika », ou encore l’organisation nationale des Zaouïas ou l’Union nationale des paysans.

Dans la sphère économique aussi, les soutiens sont présents. Le chef de l’Union générale des travailleurs, le syndicat officiel, comme le chef du FCE, le patronat, ont ouvertement appelé à soutenir le président.

Enfin, Abdelaziz Bouteflika peut aussi compter sur tout un réseau d’hommes d’affaires, qui se sont enrichis depuis son accès au pouvoir grâce aux commandes publiques.


■ Une candidature qui ne satisfait pas pour autant tout le monde

L'ancien candidat aux élections présidentielles de 2004 et 2014, Ali Benflis, a estimé dans un communiqué que le président de la République algérienne et ceux qui le soutiennent mettent leurs intérêts personnels au-dessus de l'intérêt de la nation, au risque de mettre en péril la paix sociale et la cohésion nationale.

Le pouvoir politique en place a pris une décision irresponsable...
Ali Benflis
11-02-2019 - Par Jeanne Richard

Pour Jugurtha Abbou, secrétaire national à la communication du FFS, le Front des forces socialistes, cette annonce n'est pas une surprise, mais il craint que cela ne déstabilise le pays. Il appelle les Algériennes et les Algériens au boycott du scrutin qui doit avoir lieu le 18 avril prochain, et à se mobiliser pour amorcer un changement.

Le mandat à vie était déjà prévu depuis des années...
Jugurtha Abbou
11-02-2019 - Par Jeanne Richard

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.