Republier
Madagascar

Madagascar: la loi anti-blanchiment validée par la Haute Cour constitutionnelle

La Haute Cour constitutionnelle de Madagascar a validé la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent, adoptée en décembre par l'Assemblée nationale.
© Sarah Tétaud/RFI

À Madagascar, la Haute Cour constitutionnelle a validé la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent, adoptée en décembre par l'Assemblée nationale. Le président de la République peut désormais la promulguer. Une demie avancée législative pour le pays, puisque « la petite sœur » de cette loi, portant sur le recouvrement des avoirs illicites, n'a elle jamais été votée.

Le processus était laborieux. Il aura fallu trois sessions ordinaires et pas moins de cinq sessions extraordinaires pour que cette loi soit adoptée par l'Assemblée nationale. Mais c'est finalement une victoire que savoure le SAMIFIN, le Service des renseignements financiers malgaches qui patientait depuis près de deux ans.

Cette loi est cruciale puisqu'elle dispose de mesures coercitives pour saisir les biens litigieux et de nouvelles sanctions administratives et sanctions pénales.

Mais surtout, elle permet à Madagascar de renouveler son dispositif anti-blanchiment d'argent, non conforme aux standards internationaux et obsolète depuis 2004, date de la dernière loi adoptée.

Le pays étant actuellement classé à risque, selon le Groupe d'action financière internationale (GAFI), les transactions partant ou venant du pays subissent une série de vérifications qui font perdre du temps aux investisseurs et engendrent des frais bancaires supplémentaires.

La  loi sur les recouvrements des avoirs illicites n'a elle jamais été votée. Elle était supposée compléter l'arsenal juridique de lutte anti-corruption et faire glisser Madagascar hors des pays à risques. Le pays peut à présent demander une nouvelle évaluation auprès du GAFI.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.