Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: cinq morts dont un prêtre espagnol, dans l'attaque d'un poste de douane

Nouhao se situe sur l'axe Bittou-Cinkanse.
© google maps

Au Burkina Faso, un poste de douane situé entre les villes de Bittou et Cinkanse, région du centre-est a subi une attaque dans la soirée du vendredi 15 février 2019. Le bilan est de quatre douaniers et un prêtre espagnol tués ainsi que des véhicules incendiés.

C’est le poste de contrôle de douane de Nouhao situé à 10 km de Bittou qui a été attaqué. Les douaniers étaient en mission sur l’axe routier Bittou/Cinkansé lorsqu’un groupe d’hommes armés a ouvert le feu sur eux. Des témoins affirment avoir aperçu quatre corps, vêtus de l’uniforme des douanes burkinabè, criblés de balles. Des véhicules ont été incendiés. Le poste de douane de Bittou a également essuyé des tirs des mêmes hommes armés selon nos sources.

Un prêtre expatrié de nationalité espagnole a également été abattu par les mêmes hommes armés. Le Salésien espagnol Antonio César Fernandez avait pris part au dernier chapitre de la congrégation des pères Salésiens de Don Bosco, à Lomé, au Togo, avant de prendre la route, le 13 février, avec deux autres collègues, pour Ouagadougou où il officiait, depuis 2016.

Joint par RFI, le père Boris Togbé, délégué à la Communication de la communauté des Salésiens à Lomé raconte les circonstance du décès de son collègue.

« A quelques kilomètres de la frontière, ils ont été arrêtés par un groupe armé. Ils ont dépouillé le véhicule. Ils étaient trois confrères Salésiens prêtres dans le véhicule. On les a fait sortir et après les avoir séparés, ils ont criblé le père César de balles, à la tête et au ventre.

Père Boris Togbé
16-02-2019 - Par Peter Dogbe

C’est la première fois que la région du centre-est est visée par une attaque terroriste selon une source sécuritaire.

Joint par RFI, Rémi Fulgence Dandjinou, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, pas de doute, il s’agit bien là d’un acte terroriste.

C’est un acte terroriste. Depuis quelques mois, il y a une montée en puissance de nos forces de défense et de sécurité, notamment au niveau du nord et du Sahel, qui a donc amené forcément un déplacement d’un certain nombre d’acteurs de cette zone-là vers la partie centrée de notre pays.

Rémi Fulgence Dandjinou
16-02-2019 - Par Pierre Firtion

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.