Elections au Nigeria: Buhari réunit ses troupes et durcit le ton

Le président sortant Muhammadu Buhari lors de son passage dans sa ville natale de Daura le 15 février 2019.
© REUTERS/Luc Gnago

Ce lundi 18 février, les partis politiques ont repris leurs meetings et la Commission électorale nationale indépendante (Inec) a approuvé la reprise de la campagne électorale jusqu'à jeudi soir. Suite au report du scrutin, le parti au pouvoir All Progessives Congress (APC) tenait une réunion extraordinaire ce lundi. L'occasion pour le chef de l'Etat sortant, Muhammadu Buhari, candidat à sa propre succession, de faire le point. Il a condamné ce report in extremis de la Commission électorale et menacé ceux qui voudraient tricher lors des élections samedi.

Tous les ténors du parti étaient présents pour le meeting du All Progessives Congress, l’APC, ce lundi 18 février. Devant les caméras, le chef de l'Etat sortant a pris la parole. En quelques minutes à peine, comme à son habitude, Muhammadu Buhari est allé droit au but et s'en est pris à la Commission électorale, l’Inec, après le report in extremis des élections générales de samedi.

« La Commission nationale a eu tout le temps qu'elle voulait et toutes les ressources nécessaires. Pourquoi attendre 6 heures avant le début du scrutin pour annoncer ne pas être en mesure de l'organiser ? Manifestement, il va falloir expliquer un tel niveau d'incompétence à la Nation. A l'issue du scrutin, nous devrons savoir exactement ce qui s'est passé et qui est responsable », a lancé Muhammadu Buhari.

Au cours de cette allocution, le président sortant a revêtu son uniforme de général. La voix ferme, Muhammadu Buhari a mis en garde ceux qui envisageraient de tricher ou de perturber le scrutin.

« J'ai déjà ordonné à la police et à l'armée d’être sans pitié. Nous n'allons pas être tenus pour responsables de vouloir truquer ces élections [...] Quiconque pense avoir assez d'influence dans sa localité pour commander des voyous à voler des urnes ou perturber le scrutin, le fera aux dépens de sa vie. Ce sera probablement le dernier acte criminel qu'il (le fraudeur) commettra. »

#SnatchAtYouOwnRisk

Des propos qui ont aussitôt ravivé les souvenirs de l'époque des dictatures militaires. L'un des conseillers en communication du chef de l'Etat a d'ailleurs salué cette déclaration sur Twitter : « Le président (général) Muhammadu Buhari ne plaisante pas ». Un tweet polémique très rapidement effacé.

Le principal parti d'opposition, le People's Democratic Party a, lui, aussitôt dénoncé des « menaces ». « C'est une violation évidente de la loi. Même si, au PDP, nous n'appuierons jamais le trucage des élections et nous nous sommes engagés dans ce sens, nous ne pouvons pas autoriser le président sortant Muhammadu Buhari à se transformer en un dictateur totalitaire qui favoriserait les tueries extrajudiciaires. Aucun président dans le monde civilisé actuel ne devrait appeler à des exécutions sommaires de ses concitoyens », estime Kola Ologbondiyan, porte-parole du PDP.

Un nouveau hashtag a depuis fait le buzz sur les réseaux sociaux, #SnatchAtYouOwnRisk (« vote à tes risques et périls »). Avec des débats tantôt sur l'aspect haineux des propos ou sur la nécessaire fermeté du chef de l'Etat. Une chose est sûre, la tension est montée d'un cran depuis ce report d'une semaine du scrutin : les deux principaux partis, l'APC au pouvoir et le PDP d'opposition s'accusent mutuellement de « sabotage », se livrant à une guerre des mots de plus en plus virulente.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.