Republier
Mali

Nouveau règlement de la vie publique à Kidal: la CMA rétropédale

Des soldats de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) à Kidal, le 28 mars 2016 pour un Forum pour la réconciliation.
© AFP

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a annoncé lundi soir qu'elle renonçait à appliquer les nouvelles règles de la vie publique à Kidal édictées de façon unilatérale. Ainsi, le rôle du « cadi », le juge islamique, aurait-il été privilégié, au détriment des instances étatiques maliennes.

La CMA, qui administre la ville depuis plusieurs années, avait annoncé, ces derniers jours, vouloir, par exemple, interdire la consommation de l'alcool ou renforcer le rôle du cadi, le juge islamique, au détriment des instances étatiques maliennes. Face à l'insécurité qui augmente et à l'absence de l'Etat dans la région, la CMA se devait, selon elle, de prendre ses responsabilités. Les anciens rebelles justifiaient la teneur de ces mesures par le respect des coutumes locales.

Bronca des autorités maliennes

Mais, dans un communiqué publié lundi soir, la Coordination des mouvements de l’Azawad, ex-rébellion, affirme prendre acte de la grande incompréhension suscitée par son projet de renforcer sa présence, son autorité, sur la ville, notamment dans les domaines de la sécurité, de la justice et de la gouvernance.

Le même communiqué affirme reconnaître sur la localité les prérogatives de l’Etat malien.

En fait, après l’annonce officielle des nouvelles mesures qui tendaient à montrer que Kidal devenait clairement un Etat dans l’Etat, il y a eu une véritable bronca des autorités maliennes qui ont notamment saisi le comité de suivi de l’Accord de paix d’Alger.

« Un violation flagrante de l'accord »

Le président de cet organe a fait immédiatement une sortie plutôt musclée. Ahmed Boutache a notamment parlé de « violation flagrante de l’Accord d’Alger » par la CMA. Sa conclusion est sans appel : « Ceci constitue une violation flagrante de l’Accord et une atteinte aux prérogatives régaliennes du gouvernement de la République du Mali, explique-t-il à RFI. Nous considérons donc que ces mesures, à caractère réglementaire, indûment prises par le président de la CMA sont nulles et de nul effet. Et le président de la CMA est interpellé pour ne plus avoir à prendre de pareilles initiatives. »

La pression était également venue de la médiation, notamment de la mission de l’ONU au Mali (Minusma), ainsi que de la représentation locale de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de l’Union africaine. La crainte de Bamako et des partenaires régionaux et internationaux, c'était de voir la zone avancer sur le chemin de l'autonomie et revenir à l'application de la charia comme lorsque les jihadistes avaient pris le pouvoir en 2012. Du coup, l’ex-rébellion a été donc obligée de ranger dans sa poche son projet.

La CMA précise donc qu'elle est prête au dialogue avec les autorités pour mettre en place de nouvelles mesures pour la sécurité de la population à Kidal. Des mesures acceptées de part et d'autre et qui respectent l'accord de paix et les prérogatives de l'Etat.

On est dans une région où la justice islamique a toujours été le principal référentiel de régulation. Les représentants locaux de la justice d’Etat ont toujours composé avec les formes de régulation locales. Pour tout ce qui revêt par exemple des droits de la famille, de la gestion des litiges, de la gestion des terroirs, agropastoraux, etc. Maintenant, effectivement, il y a un élargissement des normes qui sont mises en place.

Ferdaous Bouhlel
19-02-2019 - Par Jeanne Richard

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.