Soudan: après deux mois de manifestations, la contestation ne faiblit pas

Des centaines de Soudanais descendent presque tous les jours dans la rue depuis décembre, ici à Khartoum, le 7 février 2019.
© REUTERS/Stringer

Voilà deux mois que les manifestations contre le régime ont commencé au Soudan. C’était le 19 décembre 2018 et au départ, il s’agissait de manifestations pour protester contre la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. Mais elles se sont rapidement transformées en manifestations contre le président Omar el-Béchir, qui est au pouvoir depuis 30 ans. Aujourd’hui, ces manifestations sont quasi quotidiennes.

Ce n’est pas la première fois qu’Omar el-Béchir fait face à des manifestations, mais cette fois-ci, la contestation dure. Voilà deux mois que les Soudanais descendent dans la rue, presque tous les jours. Ces manifestations sont organisées dans tout le pays et pas seulement dans la capitale Khartoum.

Les observateurs notent que cette fois-ci les manifestants semblent très déterminés,  surtout que la contestation rassemble un large éventail de la population. Des jeunes, des étudiants, des docteurs, des enseignants, la classe moyenne, mais aussi les classes les plus modestes, les partis politiques et les syndicats.

Les autorités ont réagi avec virulence. Le gouvernement a coupé l’internet, empêché certains quotidiens de paraitre, expulsé les correspondants étrangers et arrêté près de 80 journalistes locaux, selon Reporters sans frontières. Mais surtout, des centaines de manifestants ont été interpellés en deux mois.

Les ONG dénoncent la violence de la répression. Selon plusieurs organisations internationales, il y aurait au moins 50 morts depuis le début du mouvement. Le gouvernement lui menace de poursuivre les organisateurs, les accusant d'appeler à la violence et de menacer la sécurité nationale.

Les forces de sécurité se sont livrées à des actes totalement inacceptables. Cela va de tirer à balles réelles pour disperser la foule, à tirer des gaz lacrymogènes directement sur les manifestants, comme s’il s’agissait d’une arme. Les vidéos montrent même les forces de sécurité tirant des gaz lacrymogènes à l’intérieur d’hôpitaux, interrompant les soins de manifestants blessés ; cette pratique est apparue ces dernières semaines. Sur certaines images nous voyons les forces gouvernementales dans des véhicules, armées et fonçant sur les manifestants, dans certains cas défonçant les portes de maisons. Nous avons beaucoup d’images de forces de sécurité battant des passants, ou des manifestants avant de les arrêter, parfois simplement pour les blesser.
Tout

Human Rights Watch fait état d'au moins 50 morts depuis le début des manifestations
19-02-2019 - Par Alexandra Brangeon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.