Republier
RDC Industrie

Taxe minière en RDC: le FPI nie les accusations de corruption

Un camion dans une mine de Lubumbashi, au sud-est de la RDC (février 2014).
© AFP PHOTO / MARC JOURDIER

En République démocratique du Congo (RDC), la polémique continue sur la nouvelle taxe exigée par le Premier ministre sortant, Bruno Tshibala, aux entreprises minières, qu'elles doivent payer au Fonds de promotion de l'industrie (FPI), lequel soutient les industries locales.

Le 18 février, la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco) s’est insurgée contre la nouvelle taxe minière qu’elle juge illégale. L’argent du Fonds de promotion de l'industrie (FPI) va dans la poche des hommes politiques, accuse la Licoco. Faux, rétorque Robert Ngoya Mubiala, directeur juridique du FPI.

Le Fonds de promotion de l'industrie, qui est un organisme public, a un cahier des charges. (...) La Licoco ferait mieux d'approcher le FPI pour voir ce qui est fait dans le détail.
RDC: Robert Ngoya Mubiala, du Fond de promotion de l'industrie, répond à la Licoco sur la taxe minière et les accusations de corruption
20-02-2019 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.