Bénin: un préfet proche de Patrice Talon mis en examen et écroué

Vue générale de Cotonou, la capitale du Bénin (image d'illustration).
© Wikimedia

Au Bénin, Patrice Talon fait le ménage dans son propre camp. Mercredi 19 février, il a limogé son ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale, mais surtout et contre toute attente, un de ses très fidèles, le préfet du Littoral (territoire de Cotonou), Modeste Toboula. C’est une affaire de bradage de domaine public qui les emporte. Le limogeage qui fait parler le plus est celui du préfet qui a été placé sous mandat de dépôt et sera jugé le 8 avril par la très redoutée Cour de répressions des infractions économiques et du terrorisme.

Il était tout puissant, presque intouchable. Sa disgrâce et sa chute ont été très rapides. Cela a commencé par une garde à vue de 24 heures qui s’est terminée par une mise en examen pour « bradage de domaine public ». L’Etat reproche à Modeste Toboula d’avoir fait morceler et d’avoir vendu, un domaine à vocation touristique frappé d’interdiction de lotissement.

Le préfet aurait permis, avec l’aide un géomètre, la vente de la zone morcelée à plusieurs acquéreurs. Lui-même est accusé d’avoir acheté trois parcelles enregistrées au nom d’un proche parent.

Neuf personnes poursuivies

Ils sont neuf à être poursuivis dans cette affaire. Il y a le préfet, les acquéreurs et le géomètre, tous seront jugés le 8 avril par la très redoutée Cour de répressions des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

La déchéance de Modeste Toboula connait un retentissement à la mesure de ce qu’il a été et de ce qu’il a fait pour Patrice Talon. C’est lui qui a mené avec ses grues, les opérations de déguerpissement, c’est encore lui qui a suspendu le Maire de Cotonou. Avec l’opposition et les syndicats, il s’est régulièrement brouillé sur les autorisations de marche.

Sa chute est une surprise et une vraie déflagration. « Avec Talon, il n’y ni protégé, ni vache sacrée », a commenté laconiquement un proche du pouvoir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.