Tchad: trois membres de Boko Haram arrêtés à Ndjamena

Vue de Ndjamena, août 2017, dans le flot de véhicules (illustration).
© Xaume Olleros/Bloomberg via Getty

Au Tchad, les services de sécurité sont en alerte depuis le début de la semaine. Des éléments de Boko Haram se seraient infiltrés dans la capitale et une attaque a eu lieu dans la région du Lac mercredi 20 février.

Selon des sources locales, quelques éléments de Boko Haram ont réussi à traverser la frontière entre le Tchad et le Nigeria au niveau de Bourboura, un petit village près de Ngouboua où ils ont tué cinq personnes. En se repliant, ils se sont arrêtés dans un autre village non loin de là, Ngatia, d’où ils seraient partis avec douze otages.

Pendant ce temps, à Ndjamena, les services sont sur les dents. Selon une alerte datant du week-end, au moins cinq éléments de Boko Haram ont réussi à s’infiltrer dans la capitale. L’information vient des services d’un Etat voisin. Depuis, trois des cinq présumés terroristes et deux de leurs complices ont été interpellés.

Aux portes de Ndjamena et dans les carrefours à l’intérieur, les fouilles se sont multipliées et les chefs de quartier ont été sensibilisés. Il faut dénoncer la moindre présence suspecte, leur ont expliqué les services de sécurité.

De sources sécuritaires, le Tchad reste le seul pays de la zone sahélienne à être relativement épargné par les attaques terroristes, qui se sont multipliées ces dernières semaines.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.