Republier
Bénin

Au Bénin: des partis d'opposition sans certificat de conformité

Une manifestante devant l'Assemblée nationale à Porto Novo, le 4 avril 2017.
© YANICK FOLLY / AFP

Au Bénin, depuis ce jeudi les candidats peuvent déposer leur dossier pour les législatives du 28 avril prochain. A l’issue de cette première journée, personne ne s’est présenté à la Commission nationale électorale autonome. Il faut dire que la procédure n’a pas été simplifiée. Parmi les documents essentiels à fournir, il y a un certificat de conformité du parti. Il est délivré par le ministère de l’Intérieur et sur les 10 demandes, aucun des plus grands partis de l’opposition ne l’a obtenu, ni les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) de l’ancien chef d’Etat Boni Yayi ni celui de l’Union sociale libérale (USL) de Sébastien Adjavon.

Deux petits partis de la mouvance, mais surtout les deux principales formations de l’opposition, la FCBE de Boni Yayi et l’USL Sébastien Adjavon n’ont pas obtenu le certificat de conformité. Ils ont été informés par courrier motivé.

Par exemple, dans la demande FCBE, il est relevé que les statuts et le règlement intérieur n’ont pas été signés, que la liste et le nombre des membres fondateurs, produits au moment de la création du parti et de sa mise en conformité avec la nouvelle charte des formations, ne sont pas le même. Pour le ministère, cela apparaît comme une fausse déclaration.

Pas encore d’exclusion pour le scrutin

A l’USL, il est reproché de maintenir comme président d’honneur Sébastien Adjavon, alors qu’il est « condamné à une peine infamante ». Un autre parti aurait déclaré des mineurs parmi ses membres fondateurs. Ce refus, ne signifie pas encore exclusion pour le scrutin. Les partis ne sont pas encore forclos, ils ont jusqu’au 26 février pour corriger et réintroduire leur demande.

Dans la foulée, l’opposition a organisé deux conférences de presse et déclaré que « Patrice Talon se trompe de pays et d’époque ». Elle lance un ultimatum, au ministre de l’Intérieur, lui demandant de revenir sur sa décision au plus tard ce vendredi à midi. Une rencontre entre Patrice Talon et l'opposition est aussi annoncée pour lundi prochain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.