Mali: Paris annonce l’élimination du chef jihadiste d’Aqmi Yahia Abou Hamman

Commando français dans la région de Tombouctou au Mali.
© RFI/Olivier Fourt

L’armée française annonce avoir éliminé Djamel Okacha, connu sous le nom de Yahia Abou Hamman, chef jihadiste d’al-Qaïda dans le Sahel. Ce jeudi 21 février dans l'après-midi, des véhicules suspects ont été repérés au nord de Tombouctou. Après des échanges de tirs, les hélicoptères de la force Barkhane, en appui des commandos terrestres, ont neutralisé ces véhicules. Bilan : onze terroristes mis hors de combat, des pick-up et de l’armement ont également été saisis. Les corps de Yahia Abou Hamman et de ses deux principaux adjoints ont pu être formellement identifiés, selon l'état-major de l'armée française. Une annonce qui intervient le jour de la visite attendue au Mali du Premier ministre français  Edouard Philippe.

Djamel Okacha, ou Yahia Abou Hamman, de son nom de guerre, jihadiste algérien et combattant aguerri, était un fidèle de l'émir d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdel. Proche également de Mokhtar Belmokhtar et d'Abou Zeid, d'autres importants chefs islamistes, Yahia Abou Hamman avait été nommé par Aqmi émir du Sahara en 2012.

Il avait participé, en 2017, à la formation du GSIM, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans. Une alliance jihadiste dirigée par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly. Sur la vidéo diffusée pour annoncer la création du GSIM, il apparaît d'ailleurs juste à côté de ce dernier dont il était officiellement le numéro deux.

Il a combattu d’abord dans les alentours d’Alger, à Tizi Ouzou. Cela fait juste 15 ans qu’il est au nord du Mali. Il est arrivé entre 2003 et 2004. Il est devenu chef d’une brigade, et à partir de 2012 il est devenu chef d’Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique dans le Sahara et dans le Sahel). Il était co-fondateur GSIM, en mars 2017, rassemblement de plusieurs groupes jihadistes. Il est resté très actif autour de Tombouctou et dans la région de Tombouctou. C’est vrai qu’il avait énormément d’expérience militaire. C’était aussi un chef (...) qui a toujours prôné un certain rassemblement, une certaine idée d’unité des forces jihadistes dans la région. Donc, si c’est avéré, c’est une grande perte pour les organisations terroristes et un coup très dur infligé par Barkhane.
Andrew Lebovich explique en quoi Yahia Abou Hamman était un chef jihadiste important
22-02-2019 - Par Jeanne Richard

Financier d’Aqmi

C'est donc un chef de premier plan que perd cette organisation, concepteur et financier de nombreuses attaques dans le Sahel ces dernières années. En 2009, il est notamment soupçonné d'être impliqué dans la mort d'un Américain à Nouakchott et dans l'attaque de l'ambassade de France en Mauritanie.

Yahia Abou Hamman faisait toujours « planer une menace majeure sur toute la région », selon l'état-major de l'armée française. Dans un communiqué, le ministère de la Défense estime que sa disparition « permet d'enrayer la dynamique du terrorisme », car « sans chef, plus de direction ni de coordination ». En un an, le GSIM aura perdu trois de ses principaux chefs, tous adjoints proches d'Iyad Ag Ghaly.

Dans l’après-midi du 21 février, les forces armées françaises de l'opération Barkhane ont conduit une opération dans la région nord de Tombouctou.
Colonel Guillaume Thomas, porte-parle adjoint de l'état-major de l'armée française
22-02-2019 - Par Jeanne Richard

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.