RDC: Ensemble pour le changement reconnait Félix Tshisekedi, avec des réserves

Le mouvement politique Ensemble pour le changement a été lancé le 12 mars 2018 par l'opposant congolais en exil Moïse Katumbi.
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

Le vice-président de la plateforme katumbiste Ensemble pour le changement, Pierre Lumbi, a annoncé mardi 26 février que son regroupement politique reconnaissait Félix Tshisekedi comme président de la République démocratique du Congo, tout en mettant en garde son prédécesseur Joseph Kabila.

La plateforme katumbiste Ensemble pour le changement se plie à la loi : Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est président de la République proclamé par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), déclaré et investi par la Cour constitutionnelle.

Au cours d'une conférence de presse, Pierre Lumbi, le vice-président de ce regroupement politique et directeur de campagne de Martin Fayulu, a indiqué que cette structure appuiera toutes les actions positives du gouvernement et combattra toutes celles qui ne tiendront pas compte de l’intérêt de la population. Une mise en garde a été adressée à l'ancien président de la République Joseph Kabila, qui ne doit pas se dresser en obstacle sur la voie de redressement des institutions.

« Compte tenu de la gravité de la situation économique, sociale, humanitaire et sécuritaire, Ensemble pour le changement, et dans l’intérêt supérieur de la nation ainsi que pour éviter que le chaos ne perdure, soutiendra toute action et initiative allant dans le sens du bien-être de la population, de la consolidation de la paix, de l’instauration d’un régime véritablement démocratique, de la sécurisation du pays et de la réhabilitation des institutions républicaines », a-t-il déclaré.

Libération des derniers prisonniers politiques

Pierre Lumbi a ajouté que son rassemblement politique attend du président Tshisekedi « des signaux forts, notamment la libération des derniers prisonniers politiques, dont Franck Diongo, Firmin Yangambi et Diomi Ndongala. Il devra également favoriser le retour des exilés politiques et forcés à l’exil dont Moise Katumbi Chapwe, Jean-Pierre Bemba Gombo et Mbusa Nyamwisi ».

Concernant l’avenir de Lamuka, le vice-président d'Ensemble pour le changement a invité « ses principaux leaders et leur organisation respective à procéder dans les meilleurs délais à une évaluation de l’action menée et à décider de sa nouvelle orientation ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.