Republier
Soudan

Soudan: le pouvoir tente de rassurer population et communauté internationale

Le général Mohammed Ahmed Ibnouf, nouveau vice-président soudanais, le 22 octobre 2018 à Khartoum.
© ASHRAF SHAZLY / AFP

Mardi, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et la Norvège ont déploré le « retour à un régime militaire » au Soudan après la série de mesures prises par le chef de l'Etat face au mouvement de contestation qui réclame son départ. Le nouveau vice-président s'est voulu rassurant mercredi 27 février.

Dans sa première apparition médiatique, le nouveau-vice-président soudanais, le général Awad Ibnouf, a affirmé que « l'état d'urgence proclamé par le président Omar el-Béchir ne vise pas les manifestants ».

Selon lui, l'état d'urgence ne se limite pas à la question sécuritaire, mais elle concerne aussi, la situation économique à laquelle doit s'atteler le nouveau gouvernement pour que le Soudan retrouve la stabilité.

Mais les propos du vice-président soudanais ne semblent pas rassurer les Soudanais qui sont en perte de confiance vis-à-vis de l'actuel pouvoir.

Ils décident de continuer les manifestations baptisées désormais : « les cortèges de défis » face à l’état d’urgence qui interdit tout rassemblement.

Alors que l'on s’attend à une grande journée de manifestations ce jeudi 28 février où les protestataires sont appelés à marcher une nouvelle fois vers le palais présidentiel. Des manifestants ont bravé ce mercredi encore l'état d'urgence à Khartoum et dans la ville de Bahri au nord de la capitale.

Le rassemblement des avocats démocrates membres de l'association de professionnels soudanais a regretté dans un communiqué « l'avortement total de la justice » au Soudan avec la création des tribunaux exceptionnels d'urgence jugés « illégaux » par ces avocats.

Le parlement soudanais examinera le 6 mars, lors d'une séance extraordinaire, la loi sur l'état d'urgence décrété par le président Omar el-Béchir vendredi dernier (selon Suna). Selon la Constitution soudanaise, le Parlement accepte ou refuse l'état d'urgence dans un délai de 15 jours maximum après son annonce. Cette décision a provoqué une large polémique dans le pays et au-delà des frontières soudanaises.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.