Au Sahel, Barkhane veut maintenir la pression sur les groupes jihadistes

Deux chasseurs «Mirage 2000» de la force Barkhane (illustration).
© ludovic MARIN / AFP

La ministre française des Armées, Florence Parly, a dévoilé le 20 février 2019, devant la commission Défense du Sénat, les résultats chiffrés de l'opération Barkhane au Sahel et au Sahara depuis trois ans. Le contenu a été rendu public mercredi 27 février, sur le site de la Chambre haute. Des centaines de terroristes tués ou capturés, deux tonnes d'armes saisies tous les trimestres, assure la ministre.

L'année 2018 aura été marquée par une accélération des raids contre les chefs de guerre jihadistes dans la région mais aussi par une recrudescence inquiétante des violences intercommunautaires. Au total, 600 jihadistes « neutralisés » au Sahel et au Sahara, assure Florence Parly. Le terme, volontairement flou, regroupe les adversaires tués au combat ou fait prisonniers. La ministre précise que le tiers de ces terroristes a été mis hors de combat l'an dernier.

Mort d'un chef de guerre malien

L'année passée aura été marquée par la mort du chef de guerre malien Mohamed Ould Nouini en début d'année, puis l'élimination annoncée fin 2018 d'Amadou Koufa, commandant de la katiba Macina dans le centre du Mali et, fin février 2019, la mort de Jamel Okacha dans un raid commando français. Il s'agit là des trois chefs qui avaient scellé une alliance autour du jihadiste Iyad Ag Ghali lors de la formation du Groupement de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) en 2017.

Sur le terrain, la situation se dégrade depuis 2013 et le lancement de l'opération Serval par François Hollande. Florence Parly rappelle toutefois que la solution au Sahel n'est pas militaire mais politique et que l'Etat malien doit réinvestir certaines zones de son territoire. Sur le terrain, la situation sécuritaire est critique. Les terroristes opèrent désormais largement au-delà du Nord du Mali, tous les pays de la région sont concernés à des degrés divers.

Jihadisme endogène

On assiste au développement d'un jihadisme endogène qui recrute et forme localement, et les alliances passées avec des groupes locaux ont accentué les violences intercommunautaires. L'ONU évoque 500 morts parmi les civils dans le centre du Mali en 2018.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.