Republier
Culture Cinéma

Disparition de Med Hondo, comédien et réalisateur, figure engagée du cinéma africain

le cinéaste Med Hondo (capture d'écran du site du fespaco) est décédé à Paris le 2 mars 2019.
© fespaco.bf

Le Fespaco, festival de cinéma de Ouagadougou, s'achève ce week-end. Lui avait remporté le grand prix du Fespaco il y a 33 ans, en 1987, avec son film «Sarraounia». Med Hondo est mort hier, samedi, à Paris des suites d'un cancer. Il avait 83 ans. Acteur, producteur, réalisateur, c'était l'un des grands noms du 7ème art africain. Né à Atar en Mauritanie et venu en France à 23 ans, il y avait découvert le métier de comédien, puis celui de cinéaste, et il était devenu une figure du cinéma africain engagé des années 70, une grande voix anticolonialiste et anti-raciste

En 1987, Sarraounia, grande fresque anticolonialiste lui avait valu le prix Etalon d'or de Yennenga, le grand prix du Fespaco.

Med Hondo, natif de Mauritanie, est l'un de premiers cinéastes à dénoncer la pauvreté, les humiliations et le racisme subis par les travailleurs immigrés en France. C'est le propos de son long métrage Soleil O (1969), présenté au festival de Cannes en 2017 dans sa sélection Cannes Classics. Il enfoncera le clou en 1973 avec un nouveau film Les Bicots nègres, vos voisins.

© wikipedia.org/

Comme Ousmane Sembène, Med Hondo était une figure anticolonialiste, et anti-raciste.

Comme lui encore, Med Hondo avait été docker, à Marseille, à son arrivée en France en 1959. Il avait exercé toutes sortes de métiers avant de découvrir le théâtre. Devenu d'abord comédien, il s'était ensuite formé seul au métier de réalisateur. On lui doit une dizaine de longs métrages.

Et Med Hondo, c'était aussi une voix. La voix française d'Eddie Murphy qu'il aura doublé dans une trentaine de films, de Docteur Doolittle au Flic de Beverly Hills. Mais ses talents en matière de doublage lui avaient valu des dizaines d'autres rôles, puisqu'il avait aussi prêté sa voix, par exemple, à Morgan Freeman ou à des personnages de dessins animés, de l'âne de Shrek à Rafiki dans Le Roi lion.

"La Table des Anciens" à l'hôtel de l'Indépendance de Ouagadougou (Burkina Faso), avec Med Hondo, Timité Bassori, Lionel N'Gakané, Tahar Cheriaa et Ousmane Sembène, Ahmed Attia (de g. à dr.) © Collection privée Mohamed Challouf/OIF

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.