Khaled Drareni: en Algérie, «le pouvoir ne sait pas reculer»

Etudiants manifestant contre le 5e mandat du président sortant Bouteflika, Alger, le 3 mars 2019.
© REUTERS/Zohra Bensemra

En Algérie, le dépôt des candidatures pour la présidentielle s'est achevé dimanche soir, mais ce qui a marqué la journée c'est surtout cette déclaration lue à la télévision nationale du président Abdelaziz Bouteflika, candidat à un cinquième mandat. Il s'engage, s'il est élu, à organiser une conférence nationale, puis une élection présidentielle anticipée à laquelle il ne sera pas candidat. Que penser de la mobilisation contre le 5e mandat de Bouteflika en Algérie et de cette déclaration du président sortant ? Décryptage avec Khaled Drareni, directeur éditorial de «Casbah Tribune».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.