Madagascar: un concours de lessive pour la Journée des femmes fait des vagues

Le lavoir d'Amparibe, à Madagascar, où travaillent une vingtaine de lessiveuses du lundi au samedi, de 9h à 17h30, si la météo est favorable.
© RFI / Sarah Tétaud

A l’occasion de la Journée des droits des femmes, le 8 mars prochain, la Commune urbaine d’Antananarivo a organisé ce week-end un concours de lessive. Si l’initiative a été applaudie par les concurrentes, elle a aussi provoqué un tollé sur la Toile, avec des internautes qualifiant la compétition de « machiste et rétrograde ». RFI s’est rendue au lavoir d’Amparibe, en plein cœur de la capitale, pour savoir ce qu’en pensent celles dont c'est le métier.

Toute la journée, elles frottent, rincent, essorent. Dans la capitale malgache, elles sont quelques milliers de lessiveuses à laver une centaine de pièces par jour pour 1,60 euro environ.

Holiniaina et Lalao sont lavandières depuis vingt ans. Ce fameux concours de lessive, toutes les deux en ont entendu parler. « D’après moi, si on célèbre les femmes le temps d’une journée, ce devrait être pour les rendre heureuses, un genre de fête où on leur propose une activité inhabituelle comme du reboisement. Mais pas du travail comme tous les jours, estime Holiniaina. Cependant, j’aurais été contente de participer au concours, parce qu’en rapidité, je sais que je ne suis pas mauvaise. »

« Si j’avais eu du temps, j’y serais allée aussi, assure Lalao. Ce concours, pour moi, ce n’est pas quelque chose de négatif : ça met en avant notre métier. De toute manière, les gens qui critiquent, ce ne sont pas eux qui la font, la lessive. Ils pensent que c’est un mauvais travail, mais c’est un travail qui nous nourrit. »

Pour elles donc, le concours n’a rien de scandaleux ; elles ne se sont senties ni rabaissées ni discriminées. Sur les réseaux sociaux, si certains ont qualifié l’initiative d’originale, beaucoup en revanche l’ont vertement critiquée.

Cette internaute se désole, par exemple, de l’association faite entre ce concours et la journée du 8 mars. « Je trouve ça vraiment, vraiment inadmissible, déplore-t-elle. Comme si ça voulait dire que nous, les femmes, tout ce qu’on sait faire, c’est la lessive ou la cuisine. Franchement, ils auraient pu proposer un autre type de concours. Je pense qu’on n’a jamais vu ça nulle part ailleurs. Il n’y a qu’à Madagascar qu’on peut proposer un concours de lessive pour célébrer les femmes. »

Choc générationnel ? Choc de classes sociales ? Un peu des deux sans doute. En attendant, les prix seront remis aux gagnantes ce vendredi 8 mars par Madame la maire de la capitale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.