Algérie: le camp Bouteflika perd certains de ses soutiens

Abdelaziz Bouteflika, le président algérien, en mai 2017.
© RYAD KRAMDI / AFP

En Algérie, la pression de la rue se poursuit contre la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat. De nouvelles manifestations ont encore lieu ce mercredi 6 mars à travers le pays. Une colère qui fait tache d’huile.

Le camp du chef de l'Etat vient de perdre un de ses soutiens. En effet, l'Organisation nationale des moudjahidines, les anciens combattants de la guerre d’indépendance, se déclare solidaire des manifestants. C’était pourtant un soutien de longue date.

La position générale de notre Organisation nationale des moudjahidines est de rejoindre le mouvement de protestation populaire, même si une minorité parmi nous, ceux qui sont au pouvoir, sont favorables à un cinquième mandat.

Lakhdar Bouregaa, un ancien moudjahidine
07-03-2019 - Par Houda Ibrahim

L’Organisation nationale des moudjahidines avait affirmé sa fidélité au chef de l’Etat le 12 février dernier. Mais hier, mardi 5 mars, dans un communiqué, cette puissante organisation a estimé que les manifestations étaient légitimes parce que les institutions n’étaient pas à la hauteur des aspirations du peuple.

Pour l’organisation, il y a « collusion entre et des parties influentes au sein du pouvoir et des hommes d’affaires véreux qui ont bénéficié de manière illicite de l’argent public ». Et ceci, selon l’organisation, c’est en contradiction avec l’appel du 1er novembre, c’est-à-dire avec les principes qui ont sous-tendu la lutte algérienne pour son indépendance. Or, l’héritage de cette période de lutte, c’est l’un des arguments fondamentaux de ceux qui sont à la tête du pays aujourd’hui. Un indice de plus que le front des soutiens au 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika se fragilise.

Le président Bouteflika toujours à Genève

A leur tour, les avocats se mobilisent. Dans un communiqué, l'ordre des avocats du barreau d'Alger s'engage à défendre gratuitement toute personne arrêtée lors des manifestations contre un cinquième mandat du chef de l'Etat. De leur côté, les avocats du barreau de Tizi Ouzou interpellent - sur leur page Facebook - le Conseil constitutionnel. Ils rappellent que « les capacités physiques et mentales » des candidats à la magistrature suprême « ne doivent pas être éludées ». Lundi, ce sont les avocats du barreau de Constantine qui avaient annoncé une grève illimitée, en signe de protestation contre la candidature du chef de l'Etat à la présidentielle du 18 avril.

Pendant ce temps, le chef de l'Etat, affaibli par un AVC, est à Genève pour des contrôles médicaux « périodiques », selon la présidence. L'hôpital où il est soigné est littéralement harcelé pour des informations sur l'état de santé d’Abdelaziz Bouteflika. La direction de l'hôpital a d’ailleurs réagi dans un communiqué : « Les hôpitaux universitaires de Genève rappellent que leur unique mission est de soigner toute personne le nécessitant, quel que soit son statut ». La direction appelle à respecter « la déontologie ».

Après les premières manifestations, Aziz Hamdi, 28 ans, croise le chanteur Amine chibane. Les deux jeunes hommes avaient commencé à composer, chacun de leur côté. Ils mettent leur travail en commun et invite d’autres artistes à les rejoindre.

[Reportage] Les artistes aussi se mobilisent
07-03-2019 - Par Leïla Beratto

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.