Republier
Madagascar

Législatives à Madagascar: plus de 10 millions d’électeurs inscrits

Opération de vote à Antananarivo, lors du second tour de la présidentielle à Madagascar, le 19 décembre 2018.
© REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo

A l’approche de l’élection législative du 27 mai prochain, la Commission électorale vient de procéder à la révision annuelle de la liste électorale (RALE). Et les résultats sont moins catastrophiques qu’annoncés. Si le taux d’augmentation reste faible par rapport à l’an dernier, +2,53% d’électeurs, le nombre d’inscrits dépasse enfin la barre des 10 millions. Un résultat espéré depuis trois ans, mais qui tardait à se concrétiser.

La liste électorale a été la cible de toutes les critiques pendant l’élection présidentielle en fin d’année dernière. Parmi les principales attaques : le nom de personnes décédées figurant encore en grand nombre sur la liste, et les doublons, c’est-à-dire des personnes inscrites deux voire trois fois sur le document officiel. Aux grands maux les grands remèdes : la Céni s’est donc concentrée sur ces deux points majeurs. Résultat : près de 416 000 noms ont été supprimés (le double par rapport à la RALE de 2018) soit plus de 4% du total des électeurs de la liste de l’an dernier.

Pour les dirigeants de l’institution, ce gros nettoyage explique en grande partie le taux d’augmentation de seulement 2,53% du nombre d’inscrits. Le plus faible enregistré depuis ces trois dernières années. « En fait, avec 667 000 nouveaux inscrits sur tout le territoire, explique Thierry Rakotonarivo, le vice-président de la Céni, on est quasiment sur les mêmes chiffres que les deux années précédentes. Finalement, nous pouvons dire que la qualité de la liste électorale a été améliorée. »

20 jours pour les réclamations

C’est dans la région Atsinanana, dont Tamatave est le chef-lieu, que le taux de nouveaux inscrits a été le plus élevé : +8,7%, soit environ 50 000 personnes. En revanche, c’est dans cette même région que le taux de radiation a lui aussi été le plus élevé : 8,7% également. Une fois les ajouts et les retranchements effectués, c’est le district de Tuléar II dans le sud-ouest du pays qui comptabilise le taux d’augmentation le plus élevé avec 8,8% d’électeurs en plus par rapport à 2018. A l’inverse, c’est le district de Tamatave I qui enregistre la plus forte baisse avec 5,9% d’électeurs en moins qu’en 2018.

Les premières statistiques par sexe, âge ou ville de résidence devraient être connues d’ici quelques semaines, après la consolidation du fichier, a indiqué le directeur des systèmes d’information. Les listes seront imprimées et consultables dès cette semaine dans les bureaux de quartiers. Les électeurs disposent désormais de 20 jours pour faire les réclamations.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.