Republier
Togo

Togo: le Parti national panafricain sort du silence

L'Assemblée nationale togolaise (photo d'illustration).
© PNUD/DR

Le Parti national panafricain avait été à l’origine des manifestations du 19 août 2018. A la suite de celles-ci, son leader, Tikpi Salifou Atchadam, avait appelé à l’unité de l’opposition avec la création de la coalition de 14 partis. Mais depuis les élections législatives du 20 décembre, le parti avait disparu du devant la scène.

Tikpi Salifou Atchadam est toujours reclus dans sa cachette. « J’ai peur pour ma sécurité », avait-il déclaré en septembre 2017, avant de rentrer dans la clandestinité. Face à la presse ce jeudi 7 mars, seul le secrétaire général de son parti, Sama Kossi, a pris la parole.

« Nous avons un seul adversaire, c’est le parti au pouvoir. Nous avons fait en 2017 des propositions au président Faure Gnassingbé, qu’il annonce que ce troisième mandat est le dernier pour lui, qu’il fasse les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, et qu'on passe aux élections », a-t-il déclaré.

Et Sama Kossi a poursuivi pour 2020 : « C’est que, en 2020, si Monsieur Faure pose sa candidature pour l'élection présidentielle, le peuple togolais sur le territoire national et partout dans la diaspora devrait se mobilier pour s’opposer [à son] quatrième mandat. »

« La victoire n’est pas loin », a déclaré Sama Kossi, qui a dénoncé au passage le harcèlement dont les militants du parti font l’objet dans toutes les localités du pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.