Kenya: un match de hockey sur glace pour lutter contre le changement climatique

La légende du hockey russe Slava Fetisov face à deux joueurs kényans de l'équipe des Ice Lions à Nairobi le 9 mars 2019.
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

C’est une rencontre de hockey sur glace pas comme les autres qui s’est déroulée samedi 9 mars à Nairobi, au Kenya. Les Ice Lions, la seule équipe d’Afrique de l’Est, a joué contre la « Last Game Team », une équipe formée par l’Agence des Nations unies pour l’environnement et emmenée par l’ancien champion russe Slava Fetisov. Un face à face pour alerter le public sur les dangers du changement climatique.

Le temps d’un match, les Ice Lions ont pu affronter une équipe internationale au deuxième étage de l’hôtel Panari, sur la seule patinoire d’Afrique de l’Est. Jamais les Kényans n’avaient joué une telle partie. Pour le capitaine, Ben Azegere, l’objectif étant avant tout écologique. « On joue pour une bonne cause. La glace ne se forme plus comme avant. S’il n’y a pas de glace, il n’y a pas de hockey, et sans hiver on aura plus de jeux olympiques d’hiver. Donc on doit agir », explique-t-il.

Le hockey n’a pas l’image d’un sport vert, mais pour Niklas Hagelberg, coordonnateur changement climatique à UN Environment, les progrès sont à portée de main. « On est loin d’être climatiquement neutre, admet-il. Mais il y a des solutions avec de l’énergie durable, des équipements efficaces pour produire la glace, comment vous vous déplacez. Il faudra encore des décennies pour changer la façon de faire mais on doit tous s’engager ».

« Nous unir et sauver la planète »

A 60 ans, le Russe Slava Fetisov, sept fois champion du monde et deux fois champion olympique, est le chef de file de l’équipe onusienne. A 60 ans, il a été nommé mécène pour les régions polaires et entend bien utiliser sa notoriété pour faire changer les choses. « 99% des gens ne pensent pas à ce qui se passera dans 5 ou 10 ans. C’est la mentalité humaine. Mais quand vous commencez à imaginer où on sera dans 20 ans, vous devenez inquiet. C’est notre plus gros défi, nous unir et sauver la planète », a lancé le hockeyeur russe.

Dans le cadre de son projet écologique, l’équipe onusienne jouera un match en avril 2020, au pôle Nord.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.