Madagascar: les affaires de corruption poursuivent le cercle du président sortant

Panneau contre la corruption à Madagascar. (Photo d'illustration)
© Rod Waddington/Flickr

A Madagascar, les enquêtes pour corruption concernant de grandes figures de l’ancien régime se succèdent. Après l’arrestation et la mise en détention de deux conseillers de l’ancien chef d’Etat le mois dernier, l’audition de l’ancien Premier ministre Olivier Mahafaly la semaine dernière, c’est au tour de deux anciens ministres du HVM, parti de l’ancien président de la République malgache Hery Rajaonarimampianina d’être entendus par le Bureau anti-corruption.

Les enquêtes pour corruption concernant de grandes figures de l’ancien régime se succèdent. Jeudi, un ancien ministre des Transports publics et un ancien ministre des Hydrocarbures, tous deux membres du gouvernement sous Hery Rajaonarimampianina, ont été entendus par les enquêteurs du Bureau indépendant anti-corruption. Des auditions qui ont eu lieu dans le cadre d’une affaire de détournement de deniers publics. L’enquête suit son cours et les deux hommes sont sortis libres.

La semaine dernière, c’est l’ancien Premier ministre Olivier Mahafaly en personne qui a été auditionné dans les locaux du Bureau anti-corruption. Il est cité dans une affaire de détournements de fonds publics qui a eu lieu en 2017 au profit d’entreprises privées détenues par des proches de l’ancien régime. Des marchés qui s’élèvent à plus de 250 000 euros.

Si les enquêtes pour corruption s’enchainent au sein du régime sortant, en début de semaine, c’est un membre du gouvernement actuel qui a fait les gros titres de la presse malgache. Celui-ci a été cité dans une affaire de trafic de bois de rose par un opérateur économique, Eddy Maminirina. Cet entrepreneur a été arrêté mi-février et est poursuivi pour trafic de ce bois précieux.

→ RELIRE : Corruption à Madagascar: du mieux mais encore tant à faire

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.