Republier
RDC Ebola

RDC: un policier tué dans l'attaque d'un centre de traitement Ebola à Butembo

Un patient est transporté dans un centre de traitement Ebola à Butembo, le 4 novembre 2018 (image d'illustration).
© John Wessels/AFP

En République démocratique du Congo, une nouvelle attaque a visé un centre de traitement d'Ebola à Butembo, dans l'est du pays. Des hommes armés sont arrivés très tôt ce samedi matin, ils ont été repoussés par les forces de sécurité, mais les échanges de tirs ont fait un mort parmi les policiers et trois blessés au sein du personnel soignant. La maladie a déjà fait 574 morts et ce centre de Butembo est le dernier encore actif dans la région, où les attaques se multiplient. C'est la troisième fois en deux semaines que les sites de traitement d'Ebola sont pris pour cible.

Une nouvelle attaque d'un centre de traitement d'Ebola  a causé ce samedi 9 mars la mort d'un policier à Butembo, l'un des principaux foyers de cette épidémie, quelques heures avant l'arrivée du directeur général de l'OMS dans cette ville de l'est de la République démocratique du Congo. C'est la troisième fois en deux semaines que les sites de traitement d'Ebola sont pris pour cible. Le docteur Michel Yao, coordinateur de la réponse Ebola pour l'OMS dans le pays, regrette ces attaques qui menacent les équipes de santé.

Nous travaillons avec les services de sécurité pour en savoir davantage sur quelles sont les motivations de cette attaque.

Docteur Michel Yao, coordinateur de la réponse Ebola pour l'OMS en RDC
09-03-2019 - Par Anne Cantener

Le docteur Michel Yao cherche des moyens de mieux protéger les équipes soignantes sans compromettre la lutte contre Ebola. « Nous évitons au maximum d'entrer dans la communauté avec la police ou les militaires. Il est hors de question que la police ou les militaires puissent forcer un patient à se soumettre aux mesures de santé publique. Ce que nous faisons, c'est que nous travaillons avec ces forces-là pour avoir par exemple des unités de réponse rapide. Nous essayons de les mettre à distance des structures de soin. Ce sont eux qui ont empêché le pire ce matin. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.