Republier
Nigeria

Elections générales au Nigeria: Babajide Sanwo-Olu élu gouverneur de Lagos

Des affiches électorales à l'effigie de Babajide Sanwo-Olu dans les rues de Lagos, le 6 mars 2019.
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Au Nigeria, les résultats des élections des gouverneurs et des assemblées locales tombent encore au compte-gouttes. Les scrutins se sont tenus samedi dans 29 des 36 Etats. En attendant d'avoir une image complète de la cartographie politique du pays, on sait d’ores et déjà que le parti de Muhammadu Buhari conserve l'Etat clé de Lagos. C’est désormais Babajide Sanwo-Olu qui sera gouverneur de la mégalopole économique du pays.

Babajide Sanwo-Olu gagne haut la main contre Jimi Agbaje, le candidat malheureux du PDP, qui pour certains, incarnait le renouveau d'une politique locale affranchie de l'emprise des parrains politiques. Mais « le PDP n'a pas mené une campagne sur le fond et sur des propositions concrètes pour soulager le quotidien des habitants de Lagos », explique l'analyste Dolapo Adelana.

De son côté, Babajide Sanwo-Olu s'affiche comme un « homme du terroir ». C'est un ancien banquier, qui a su développer plusieurs filiales dans plusieurs secteurs et notamment le bâtiment. Sur le plan politique, il s'inscrit dans la continuité des projets portés par le Congrès des progressistes, parti qui dirige Lagos depuis 1999.

Une figure connue des Lagosiens

Agé de 53 ans, Babajide Sanwo-Olu est une figure déjà connue des Lagosiens. Il a occupé plusieurs postes stratégiques au sein de l'administration locale et a fait ses armes en politique depuis 2003, aux côtés de l'influent homme politique Bola Tinubu, que l'on décrit comme un « faiseur de rois ». Babjide Sanwo-Olu dirigeait jusque-là, la Société de développement des biens de l'Etat de Lagos.

Dans le reste du pays, les élections devront être réorganisées dans au moins quatre Etats (Adama, Bauchi, Plateau et Sokoto) où le nombre d'annulations de voix était beaucoup plus important que la marge de voix entre APC et PDP. Des tensions ont été signalées aussi dans l'Etat de Rivers au sud, où la Commission électorale a dû suspendre le vote en raison d'irrégularités et de violences.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.