De retour en Algérie, Abdelaziz Bouteflika face à des protestations inédites

Des manifestants protestent contre la perspective d'un cinquième mandat du président algérien Abdelaziz Bouteflika, à Alger, le 8 mars 2019.
© REUTERS/Zohra Bensemra

Les deux semaines d’absence d'Abdelaziz Bouteflika, avant un retour en Algérie dimanche 10 mars, n’y changent rien : les manifestations continuent dans tout le pays. Le futur 5e mandat du chef d’Etat algérien semble faire l’unanimité contre lui.

Depuis que le président a quitté Alger pour Genève, la mobilisation a pris de l’ampleur. Les manifestations du vendredi réunissent de plus en plus de monde, sans incident majeur. La grève générale est bien suivie, même s’il y a des disparités selon les quartiers et les régions, et elle gagne les entreprises, privées comme publiques.

Actuellement, les gens ont deux objectifs : le départ de Bouteflika et, par conséquent, le départ de tout le régime. Donc l’arrivée, le retour de Bouteflika, vivant ou mort, je pense que ça ne va pas changer grand-chose dans la rue.

Cet habitant de Bouira ne croit pas que le retour d'Abdelaziz Bouteflika affaiblira la contestation
11-03-2019 - Par Anne Cantener

Parallèlement, les premières actions des autorités et les déclarations des membres du gouvernement ne semblent pas avoir d’impact sur cette mobilisation. L’annonce surprise du ministère de l’Enseignement supérieur de vacances supplémentaires et immédiates pour les étudiants a provoqué un regain d’organisation parmi la communauté universitaire.

Les universités mobilisées malgré les vacances forcées

Ainsi, Yasmine, une enseignante qui a appris qu’elle était en vacances via les réseaux sociaux « le prend très très mal ». Comme nombre de ses collègues qui dénoncent une mesure « illégitime », elle s'affirme « en colère contre ce genre de mépris, qui n’arrête pas de se répéter ».

Alors que des assemblées générales ont eu lieu dimanche 10 mars dans les universités, Riad, comme d’autres enseignants se présentera malgré tout sur le campus, ce lundi : « Si j’ai des étudiants devant une salle ouverte, je fais mon cours. Je ne me considère pas en vacances, je suis même prêt à faire doublement mon travail ».

Souhila, elle, soutient le mouvement de protestation de ses étudiants : « Je leur ai dit que je suis pour et avec eux. Et que si je pouvais les aider, je les aiderai. Je leur ai écrit un message leur disant que j’ai l’habitude de corriger leurs copies, mais que c’est de loin la meilleure copie que j’ai sous les yeux. »

Ce lundi, des sit-in sont prévu devant les universités pour dénoncer les vacances imposées par le ministère. Un appel à manifester a été lancé pour le lendemain.

« Le peuple et l’armée ont une vision commune de l’avenir »

La présidence avait pourtant, via une lettre, tenté de faire des propositions aux manifestants : des élections anticipées et une conférence nationale pour amorcer une transition si Abdelaziz Bouteflika était élu. Mais cette lettre n’a pas calmé la protestation.

L’armée, qui appelait jusqu’à maintenant les manifestants à la vigilance, a déclaré ce dimanche que « le peuple et l’armée ont une vision commune de l’avenir ». La presse estime que, désormais, l’option du 5e mandat n’est plus tenable. Et tout le monde attend une décision du chef de l’Etat.

Tous les secteurs se sont mis en grève. Tous les travailleurs, dans la fonction publique, dans les services, dans les transports, dans le secteur économique.

A Béjaia, dans la région de Kabylie, l’appel à la grève générale a été très suivi, explique Samir Larabi, enseignant en sociologie à l’université de la ville
11-03-2019 - Par Alexandra Brangeon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.