Algérie: le Premier ministre promet un gouvernement d’ici la semaine prochaine

Le Premier ministre algérien Noureddine Bedoui.
© RYAD KRAMDI / AFP

A Alger, la mobilisation se poursuit contre le prolongement du quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Et cela, quelques jours après le retrait de sa candidature pour une cinquième présidence. Le chef de l'Etat algérien a également annoncé le report sine die de l'élection présidentielle initialement prévue le 18 avril. Ce jeudi 14 mars, c’est le nouveau Premier ministre qui a fait de nouvelles annonces. Noureddine Bedoui a déclaré que le gouvernement serait formé d’ici la semaine prochaine.

Noureddine Bedoui a expliqué que le gouvernement serait nommé d'ici la semaine prohaine et composé de technocrates et qu’il sera représentatif de la société, avec des jeunes et des femmes. Le Premier ministre a affirmé que les autorités avaient entendu les revendications de la jeunesse algérienne et que ces revendications seraient les lignes directrices du nouveau gouvernement.

Il a répété que les portes étaient ouvertes à l’opposition, sans répondre aux questions des journalistes qui demandaient comment la rue allait pouvoir être représentée. « Nous assurons tous les partenaires, et particulièrement les partenaires de l’opposition, des possibilités de dialoguer, de parler et de s’entendre », a-t-il asusré.

Ce nouveau gouvernement sera chargé des affaires courantes, des institutions, et devra accompagner la conférence nationale. « Après la formation du gouvernement, nous allons passer, en tant qu’Algériens, à la mise en place des mécanismes nécessaires à cette conférence nationale inclusive », a-t-il expliqué.

C’est cette conférence nationale qui sera, elle, chargée d’élaborer des propositions de réforme. Sur la durée de cette transition, Noureddine Bedoui affirme que cette période ne serait pas plus longue qu’une année.

C’est la deuxième prise de parole officielle depuis l’annonce de l’annulation de l’élection présidentielle. En effet, mercredi, le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra avait annoncé que les institutions perdureraient pendant toute cette période de transition et que le président Abdelaziz Bouteflika resterait également à son poste.

Mobilisation dans la rue

Les réactions à ces nouvelles annonces ne devraient pas tarder. Mercredi, des partis d’opposition se sont réunis dans la capitale et ils ne se satisfont pas de cette situation. D’abord, ils ont déclaré que le pouvoir ne pouvait pas continuer à travailler en dehors de tout cadre constitutionnel. Mais surtout, ils estiment que les autorités ne sont pas habilitées à diriger cette période de transition.

Du côté de la société civile, la mobilisation ne faiblit pas. Depuis jeudi matin, il y a toujours des manifestations dans différentes villes du pays, notamment des manifestations des avocats, des magistrats, mais aussi aujourd’hui, des associations de personnes handicapées. Quant à la grève générale, elle se poursuit dans les villes de Tizi Ouzou et Bejaïa.

Autre exemple de cette mobilisation, les supporters de foot ont boycotté le derby entre l'USMA et le Mouloudia. Le match prévu aujourd’hui entre les deux clubs d’Alger est un match habituellement à enjeu. Mais depuis deux jours, des messages laissaient entendre qu’il pourrait y avoir des violences lors de ce match. Des représentations diplomatiques ont même envoyé des messages d’alerte à leurs ressortissants à propos de cette rencontre.

Alors, pour éviter les violences, les clubs de supporters ont appelé au boycott du match, pour éviter que des problèmes ne puissent avoir un impact négatif sur la mobilisation, parce que les supporters des clubs de foot sont des membres actifs des manifestations. Ils ont aussi déclaré qu’ils ne pouvaient pas aller faire la fête alors que le pays était malade. Et cet appel a été entendu, puisque les tribunes du stade du 5-juillet-1962 étaient vides ce soir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.