Republier
Rwanda France

Génocide au Rwanda: nouvelles révélations sur la position française

Une patrouille de militaires français dépassent des troupes hutues rwandaises, le 27 juin 1994, près de Gisenyi, à l'ouest du Rwanda.
© AFP PHOTO / PASCAL GUYOT

Un ancien général français, Jean Varret, fait des nouvelles révélations sur la position française lors du génocide des Tutsis. L'ex-chef de la mission de coopération militaire française au Rwanda dit s’être opposé au soutien que Paris apportait au président Habyarimana, mais sans succès.

Selon l’officier, aujourd’hui âgé de 84 ans, le chef d’état-major de la gendarmerie rwandaise, le colonel Pierre-Célestin Rwagafilita, lui aurait dit dès 1990 que la minorité tutsie devait être « liquidée ». C’est à nos confrères de la radio France Inter et du média en ligne Mediapart que le général Varret s’est confié. Près de 25 ans plus tard, il revient sur le génocide des Tutsis au Rwanda et évoque le rôle de la France.

Il revient notamment sur un tête-à-tête qu’il a eu avec le colonel rwandais, Pierre-Célestin Rwagafilita : « Et là, il me dit : "On est en tête-à-tête, on est en militaires, on va parler clairement. Je vous demande ces armes, car je vais participer avec l’armée à la liquidation du problème". Devant mon étonnement, il dit : "Le problème, il est très simple. C’est que les Tutsis ne sont pas très nombreux, on va les liquider". Il me dit ça très clairement. »

Risque réel

Pour le général Varret, le risque de génocide était donc réel. Il dit d’ailleurs avoir fait remonter cette information du côté de l’armée française. Des responsables qui n’auraient pas donné suite : « Aucune. Parce qu’ils n’ont pas voulu prendre en compte les risques de cette politique de soutien à Habyarimana. Bien malheureusement, l’histoire a prouvé que c’était une faute, plus qu’une erreur, puisque ça a débouché sur un génocide. »

Le mois prochain, le Rwanda s'apprête à commémorer les 25 ans du génocide. Le président français est officiellement invité. L'Elysée n'a, pour l’instant, pas fait connaître sa réponse. Emmanuel Macron a simplement répondu que la France serait représentée.

→Lien vers l'article de France Inter : Génocide au Rwanda: la «faute» de la France

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.