Jeunes tués dans un commissariat au Congo-B: une association cambriolée

Le tribunal de Brazzaville a condamné les six policiers à des peines allant de douze mois de prison avec sursis à trois ans ferme.
© DR

L’Association pour les droits de l’homme et l’univers carcéral (ADHUC) qui a dénoncé en début de semaine un verdict « complaisant » dans l’affaire des treize jeunes congolais retrouvés morts en juillet dans un commissariat de Brazzaville vient d’essuyer un cambriolage de son siège situé à Moungali, un quartier populaire et sécurisé de Brazzaville.

C’est en arrivant au siège de l’ONG mercredi matin qu’Alain Kombo, son comptable, a constaté l’action des cambrioleurs et les dégâts. « On a défoncé la grille et le portail. Les cambrioleurs ont forcé la porte principale d’entrée. C’est surprenant, ils sont venus principalement pour l’ordinateur du secrétaire qui est le cerveau de l’organisation. Ils l’ont emporté », a-t-il témoigné.

A la question de savoir si ce vol était motivé par les sorties médiatiques de l’ADHUC ces derniers jours, Alain Kombo a répondu qu’une telle hypothèse n’était pas à exclure, ajoutant que les malfrats semblaient bien connaître l’association. « Ils ont tout emporté. Leur intention est bien sûr de nous empêcher de travailler ou bien ils sont sûrs qu’en agissant ainsi ils vont freiner l’action que nous sommes en train de mener. C’est quelque chose que nous déplorons parce que notre travail consiste à accompagner, faire avancer et développer notre pays », explique Alain Kombo.

En début de semaine, l'association avait joint sa voix à celle d'autres ONG pour dénoncer un verdict « complaisant » à l'égard des six policiers jugés dans l'affaire des treize jeunes retrouvés morts en juillet dernier dans le commissariat de Chacona à Brazzaville.

La police a été saisie au sujet de ce cambriolage et les résultats de son enquête sont attendus avec impatience par l’ADHUC et ses partenaires.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.