Mali: nouvelle grève des enseignants

(illustration)
© RFI/Sonia Rolley

Depuis le début de la semaine, onze syndicats d'enseignants de l'Éducation nationale observent une grève de quinze jours, largement suivie pour le moment. Les instituteurs et les professeurs réclament l'amélioration de leurs conditions de vie, alors que ce nouveau mot d'ordre de grève pourrait conduire à une année blanche si rien n'est fait.

Un peu plus de 55 000 enseignants observent le mot d’ordre de grève. Sur le terrain, que ce soit à Bamako ou à l’intérieur du pays, les écoles et établissements publics sont fermés et à certains endroits on peut voir une épaisse couche de poussière sur les tables et les bancs, dans les classes.

Adama Fomba est le porte-parole des onze syndicats qui ont déclenché le mot d’ordre de grève. Il nous rappelle les revendications : « L’octroi d’une prime de logement au personnel enseignant et aussi l’accès des enseignants fonctionnaires des collectivités aux services centraux de l’Etat ».

Ajoutons que les grévistes demandent également des primes pour la correction des examens de fin d’année. Mais pour le moment, on ne sait pas si ces examens auront lieu, à cause du risque d’assister à une année scolaire blanche, c’est-à-dire non validée pédagogiquement.

« Si rien n’est fait dans les jours à venir, c’est inévitable, une année blanche », ajoute Adama Fomba.

Côté gouvernement, on n’hésite pas à dire qu’il n’y a pas de cagnotte, mais que le dialogue reste ouvert...

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.