Rwanda: polémique après les propos de Kagame sur l'assassinat d'un opposant

Paul Kagame, président du Rwanda, ici au sommet de l'UA à Addis-Abeba, Ethiopie, en novembre 2018 (illustration).
© © AFP

Nouvelle polémique autour de propos du président Paul Kagame. Au cours de la traditionnelle retraite annuelle du gouvernement, le chef de l'Etat rwandais a, à nouveau, évoqué l'assassinat d'un de ses opposants. Il s'agit cette fois de Seth Sendashonga. Pour Paul Kagame, l'ancien ministre de l'Intérieur a été tué parce qu'il avait franchi une ligne rouge en cherchant du soutien auprès de généraux ougandais. Une mise en garde à peine voilée alors que, depuis plusieurs mois, le Rwanda et l'Ouganda sont à couteaux tirés. Après ces déclarations, les proches de Seth Sendashonga se disent en colère et appellent la communauté internationale et notamment la France à réagir alors que des opposants continuent d'être tués dans le pays.

Face aux principaux officiels du pays, dimanche, Paul Kagame évoque l'un des livres du chercheurs français Gérard Prunier, qui aurait suggéré, selon le président rwandais, comme motif de l'assassinat de Seth Sendashonga en 1998 des réunions avec des généraux ougandais en vue de renverser le régime à Kigali. « Il y a des éléments de vérité dans ce qu'écrit Prunier, nous avions cette information. En fait, Seth Sendashonga est mort parce qu'il a franchi une ligne rouge. Je n'ai pas beaucoup plus à dire, mais je ne vais pas m'excuser à ce propos », a déclaré le président rwandais.

Le 3 mai 1998, Seth Sendashonga rencontre bien Salim Saleh, le frère du président ougandais Yoweri Museveni. Le 16, il est assassiné par un commando à Nairobi. L'ancien ministre Jean-Baptiste Nkuliyingoma était un proche de Seth Sendashonga. Il est aujourd'hui membre de l'institut créé en son nom. « On savait très bien que Paul Kagame avait commandité l'attentat contre Seth Sendashonga mais nous avons quand même été surpris d'entendre un chef d'Etat reconnaître un crime aussi grave... »

Des opposants demandent une enquête sur les crimes à caractère politique

Pour ce proche de Seth Sendashonga, même le motif évoqué par Paul Kagame pour justifier cet assassinat est fallacieux puisque l'ancien ministre de l'Intérieur avait échappé à une première tentative d'assassinat en 1996 et que beaucoup d'autres opposants ont été tués depuis.

Jean-Baptiste Nkuliyingoma note avec amertude que le 10 mars, alors que Paul Kagame tenait ces propos, un nouvel opposant était retrouvé mort au Rwanda. Anselme Mutuyimana, l'assistant de la présidente des FDU, Victoire Ingabire, a été retrouvé mort le week-end dernier, étranglé. La police rwandaise dit avoir ouvert une enquête. Les rares opposants vivant encore au Rwanda, Victoire Ingabire, Diane Rwigara et Bertrand Ntaganda, demandent une enquête internationale sur les crimes à caractère politique au Rwanda.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.