Republier
RDC

RDC: la présidence annonce une «importante» réunion ce lundi

Des supporters du nouveau président Félix Tshisekedi, à Kinshasa, le 24 janvier 2019 (photo d'illustration).
© John WESSELS / AFP

En République démocratique du Congo (RDC), Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, a annoncé que se tiendra, lundi 18 mars, « une importante » réunion interinstitutionnelle après les réactions enregistrées dans plusieurs villes suite aux résultats des élections sénatoriales. Il a également rapporté qu’à l’issue de cette réunion, « d’importantes mesures » seront annoncées. Samedi, de nombreux militants de l’UDPS ont manifesté dans plusieurs villes du pays pour protester contre leurs propres députés qu’ils accusent d’avoir été corrompus pour élire les sénateurs du Front commun pour le Congo, la plate-forme de l’ancien président Joseph Kabila qui a raflé la majorité absolue au Sénat.

En dépit de la pluie qui s’est abattue sur Kinshasa samedi 16 mars, les traces des violences ne sont pas toutes parties. Les pneus brûlés par les militants de l’UDPS, parti présidentiel, sont encore visibles sur certaines grandes artères de la capitale. S’il n’y a pas eu de nouvelles manifestations dimanche matin, la tension, elle, est encore présente.

Dans la soirée de samedi, la ligue des jeunes du PPRD, le parti de l’ex-président de la République, Joseph Kabila, a réagi par le biais d’un communiqué après le saccage de l'un de ses bureaux. Les jeunes du PPRD condamnent cette attaque et mettent en garde ceux de l’UDPS. Papy Pungu, leur président, a déclaré qu’ils étaient « prêts à riposter pour défendre la patrie ».

Dans certaines autres villes, c’est la même tension. A Kananga, par exemple, une ville acquise à l’UDPS de Félix Tshisekedi, tous les quatre sénateurs élus sont de la famille politique de Joseph Kabila. Ici, les militants en colère promettent de nouvelles manifestations pour empêcher l’assemblée provinciale de fonctionner. A Mbuji-Mayi, le bilan est plus important. Un policier a été tué et une station de radio locale a été mise à sac.

Réunion interinstitutionnelle

Prenant la mesure des événements, Félix Tshisekedi a échangé, le même samedi, avec une délégation de la plate-forme Cap pour le changement (Cach), la coalition au pouvoir, sur des allégations de corruption des députés provinciaux avant le scrutin.

Le chef de l’Etat s’est également entretenu avec le président de la Cour constitutionnelle et le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) sur cette question avant d’annoncer la réunion interinstitutionnelle de ce lundi.

Entre-temps, Jean-Marc Kabund, président intérimaire de l’UDPS, a annoncé des poursuites contre certains députés provinciaux qui se seraient laissés corrompre et a demandé la réorganisation de ces élections.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.