RDC: l’opposant Franck Diongo libéré

L'opposant Franck Diongo le 12 janvier 2015 à Kinshasa, en RDC (photo d'illustration).
© PAPY MULONGO / AFP

Le président du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP) a quitté la prison centrale de Makala, à Kinshasa, ce samedi 16 mars. Il avait été condamné en décembre 2016 à cinq ans de prison fermes par la Cour suprême de justice, faisant office de Cour de cassation. Il était poursuivi pour arrestation et détention arbitraire de trois militaires de la garde républicaine. Des accusations que lui et ses proches ont toujours rejetées.

9 heures du matin, les militants se positionnent par centaines devant la grille de la Prison centrale de Makala. « Il a été arrêté injustement, c’est la démocratie qui va primer », commente Mongali, impatient de revoir le président de son parti.

Quelques minutes plus tard, drapeau du pays autour du cou, Franck Diongo franchit la dernière porte de la prison. Devant les militants de son parti, le MLP, il s’accroupit, lève ses deux mains et dit une courte prière. Il quitte la prison avec ses militants, créant un grand embouteillage.

Quelques heures plus tard, ils arrivent au siège du parti après avoir été au quartier général de l’UDPS où il avait prévu de rendre hommage à l’opposant Etienne Tshisekedi, décédé deux ans tôt.

Face aux militants de son parti, il annonce qu’il accorde son pardon à tous ceux qui ont participé à son arrestation : « C’est la justice qui élève une nation. A tous ceux qui m’ont causé du tort, j’ai pardonné ». Mais, pour lui, le combat « pour la libération du pays » continue. « Tous ceux qui seront contre les intérêts du peuple et ceux de la démocratie, nous allons les combattre jusqu’au bout ».

Franck Diongo affirme qu’il va se positionner bientôt par rapport aux principales questions politiques.

La veille, un autre opposant politique, Firmin Yangambi, avait lui aussi retrouvé la liberté, après dix ans d'emprisonnement. Un homme libre et toujours déterminé, d'après son avocat, maître Jonathan Eloho.

Mon client vient de sortir de dix ans de prison. Donc vous imaginez le choc que ça peut être, au niveau du mental et de son état d’esprit. Mais, dans l’ensemble je peux dire qu’il est serein. […] Un mélange de reconnaissance et de sérénité. Le sentiment d’injustice n’a pas altéré sa détermination.

Me Jonathan Eloho, avocat de Firmin Yangambi, sur sa libération après 10 ans de détention
17-03-2019 - Par Clémentine Pawlotsky

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.