Le chanteur congolais Koffi Olomidé condamné à deux ans de prison avec sursis

Le tribunal de Nanterre (photo d'illustration).
© JACK GUEZ / AFP

Koffi Olomidé a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour atteintes sexuelles sur mineure de 15 ans. C'est beaucoup moins que les sept ans qui étaient requis lors du procès. Le tribunal a estimé que les accusations des quatre plaignantes n'étaient pas prouvées. Une victoire pour les proches du chanteur qui, lui, n'était pas présent.

« Un réel soulagement », a dit Robert Olomidé, le frère du chanteur originaire de RDC à la sortie de l'audience. Le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné par la justice française à deux ans de prison avec sursis pour « atteinte sexuelle sur mineure » de 15 ans. Sept ans de prison avaient été requis contre la star de la rumba, le 11 février dernier. Quatre de ses danseuses l'accusaient  d'« atteintes sexuelles avec violence, contrainte, menace ou surprise par personne ayant autorité » pour des faits survenus en région parisienne entre 2002 et 2006.

Défendu par Emmanuel Marsigny et Eric Dupond-Moretti, la star de la rumba congolaise était absente à l'audience, tout comme en février dernier. Le chanteur « va pouvoir recouvrer sa liberté de mouvement et, je l'espère, très prochainement pouvoir voir son public en France qui l'attend avec beaucoup d'impatience », s'est félicité son avocat, soulagé de voir la condamnation bien en deçà de ce qui avait été requis par le procureur.

Koffi Olomidé a été relaxé sur l’accusation très lourde d’avoir séquestré ses danseuses. Le tribunal a considéré que ceci n’était pas vrai. C’est un trait tiré par la justice de Nanterre sur toutes ces accusations. C’est une victoire pour Koffi Olomidé aujourd’hui.

La famille et l'avocat de Koffi Olomidié se félicitent de la décision de justice
19-03-2019 - Par Pierre Olivier

Aucune des quatre plaignantes n'avait fait le déplacement. Elles avaient déposé plainte en 2007, 2009 et 2013 et accusaient Koffi Olomidé de leur imposer des rapports sexuels, à l'hôtel ou au studio d'enregistrement le plus souvent, sans préservatif et en les giflant quand elles se débattaient. Elles ne sont plus jamais retournées en République démocratique du Congo, par peur de représailles.

Je trouve la sentence assez légère, pour les actes ignobles qu’il a commis sur de jeunes filles dont il a abusé parce qu’il était leur chef. Je pense qu’il méritait plus que cela. Et il ne fallait pas que ce soit avec sursis.

Les réactions des Congolais à la condamnation de Koffi Olomidé
19-03-2019 - Par RFI

(Avec agences)

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.