RDC: l’installation des sénateurs nouvellement élus est suspendue

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi (photo d'archives).
© ©JOHN WESSELS / AFP

En République démocratique du Congo, l’installation des sénateurs nouvellement élus est suspendue. La décision a été annoncée à l’issue d’une réunion interinstitutionnelle dirigée par le président Félix Tshisekedi ce lundi 18 mars, suite aux allégations de corruption ayant émaillé ces élections et aux manifestations qui s’en sont suivies dans le pays.

Le week-end était mouvementé dans certaines villes du pays. Les militants du parti présidentiel, l’UDPS, manifestaient contre leurs propres députés provinciaux qu’ils accusent d’avoir été corrompus pour voter en faveur des candidats sénateurs du Front commun pour le Congo, la plate-forme de l’ancien président de la République, Joseph Kabila. L’UDPS avait même demandé l’annulation des résultats de ces élections.

Ce lundi, trois principales décisions ont été annoncées à l’issue de cette réunion qui a regroupé plusieurs institutions du pays dont le gouvernement, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et la Cour constitutionnelle.

L’installation des sénateurs nouvellement élus est suspendue. L’élection des gouverneurs, prévue le 26 mars, est reportée à une date ultérieure. En RDC, gouverneurs et vice-gouverneurs sont élus au suffrage universel indirect, soit par les députés provinciaux. Les procureurs généraux près la Cour de cassation sont également appelés à élargir leurs enquêtes pour que « corrompus et corrupteurs soient identifiés et poursuivis ».

Pour rappel, le procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, avait demandé, le 9 mars, à la Commission électorale nationale indépendante de reporter ces élections afin de lui permettre d'avoir des « éléments probants » sur les allégations de « corruption ».

Cette proposition avait été rejetée par la Céni qui estimait que les enquêtes ne devraient pas avoir une incidence sur le calendrier électoral.

A l’investiture du chef de l’Etat, il avait dit qu’il allait lutter contre la corruption. Nos députés de l’UDPS doivent être poursuivis et traduits en justice. Après, les gens qui ont corrompu, eux aussi, on doit les arrêter et les traduire en justice.

Les militants de l'UDPS réagissent aux mesures annoncées
18-03-2019 - Par RFI

Des mesures critiquée par le camp de Kabila

De son côté, le bureau politique du PPRD, le parti de l'ex-président Joseph Kabila, rejette les décisions annoncées à l'issue de la réunion interinstitutionnelle. Pour le PPRD, il y a plus urgent que de suspendre l'installation du nouveau Sénat et de reporter sine die les élections des gouverneurs de provinces.

« Le PPRD est d’avis qu’à ce jour, le plus important est plutôt l’installation des bureaux définitifs des deux chambres du Parlement, estime Patrick Kanga, membre du bureau politique du PPRD. Le PPRD rejette en bloc les mesures liées au blocage de l’installation des sénateurs élus et au report de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs. Le PPRD invite les différents acteurs politiques au respect des valeurs républicaines, au respect de la Constitution et des dispositions pertinentes de l’accord global et inclusif de la Saint-Sylvestre du 31 décembre 2016. Enfin, le PPRD invite tous les sénateurs élus le 15 mars 2019 à rejoindre au plus tôt le siège du Sénat en vue de la validation de leur mandant, conformément à la Constitution et au calendrier de la Céni. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.