Republier
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : Yackoi, la radio communautaire daloaise engagée

Daloa est une ville rurale. Agriculture, santé, nutrition... des sujets qui sont propres à la radio Yackoi.
© IFAW

La ville de Daloa, dans l'ouest de la Côte d’Ivoire, est la troisième du pays. Mais Daloa est loin de ressembler à Abidjan avec ses tours et ses échangeurs. Ici rares sont les privilégiés à pouvoir disposer d'internet. Les informations circulent beaucoup via les radios. Elles sont quelques-unes à émettre de Daloa. Parmi elles, Yackoi, petite radio communautaire lancée il y a quatre ans et demi, et toujours habitée par son rôle pédagogique.

Dans le petit studio de Radio Yackoi Djolo, au deuxième étage d’un immeuble délabré de Daloa, Marie Madeleine Nongo, la directrice, a coiffé cet après-midi sa casquette d’animatrice. Son pseudo : Grace Mia. « C’est une radio non subventionnée, c’est une radio communautaire. C’est nous-mêmes qui partons sur le terrain pour aller chercher de quoi vraiment faire vivre cette radio. Malgré ça, nous avons beaucoup d’audience. Radio Yackoi, c’est une radio qui permet à la communauté, surtout rurale, de s’exprimer à moindre coût. »

Des sujets au plus près des habitants

Une poignée d’animateurs qui se débattent avec de très faibles moyens pour faire vivre une radio qui se veut proche des habitants. Mathias Anoh anime une quotidienne : Agri info. « Le but de cette émission, c’est de valoriser l’agriculture. On part vers les agriculteurs et les paysans, des producteurs de café cacao et autres. L’agriculture, c’est la base économique de Daloa. On parle aussi de la santé, liée à la nutrition. Le mal qui tue, c’est l’AVC, c’est le diabète. Or tout cela est occasionné par notre alimentation. Et notre alimentation vient de ce que nous cultivons sur nos terres. Nous parlons de tout cela. »

Annonces de manifestations, offres d’emploi, nécrologies… Ces services payants ne suffisent toutefois pas à maintenir à flot Radio Yackoi qui émet 24 heures sur 24, mais qui survit grâce à ses partenaires, ainsi qu’au dévouement de ses animateurs et de son technicien, qui tous espèrent pouvoir vivre de leur métier un jour prochain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.