RCA: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

Siège de l'Union africaine à Addis-Abeba en Ethiopie (photo d'archives).
© RFI/Chanda

Les discussions entre les acteurs de la crise centrafricaine ont pris fin mercredi soir 20 mars au siège de l'Union africaine, à Addis-Abeba. Les 14 groupes armés et le gouvernement se sont mis d'accord. Les mouvements critiquaient une équipe pas assez « inclusive ». Onze d'entre eux avaient même demandé la démission du Premier ministre Firmin Ngrebada mardi. Mais, finalement, les différences sont aplanies, pour le moment.

Il aura fallu trois jours de réunions à huis clos et aucune communication de la part de l'UA ou de l'ONU, preuve de la difficulté de la tâche des équipes menées par le commissaire Paix et Sécurité Smaïl Chergui.

Mais, mercredi soir, ce dernier se dit satisfait du résultat. Firmin Ngrebada reste à son poste du chef de gouvernement. Les parties se sont mises d'accord sur un remaniement ministériel qui devrait avoir lieu dans les prochains jours.

Le porte-parole des 14 groupes armés affirme qu'ils laissent ainsi une « petite chance »  au Premier ministre et au président Faustin-Archange Touadéra. « Tout le monde doit prendre ses responsabilités », indique Armel Mingatoloum-Sayo.

Au retour à Bangui, une nouvelle équipe sera donc formée. « Je crois que, dans les jours qui suivent, un nouveau gouvernement inclusif sera présenté au peuple centrafricain au nom de la paix, la réconciliation, la concorde nationale retrouvée », estime Béranger Ludovic Igor Lamaka, porte-parole anti-balaka.

Signes positifs

Le commissaire Smaïl Chergui voit de bons augures, notamment concernant les barrages routiers dans le pays. « Je crois qu’aujourd’hui ceux qui existaient sur la route venant du Cameroun vers la capitale ont été levés. Je crois que c’est déjà un signe positif. »

Un Centrafricain, employé de l'UA, se montre moins compréhensif. « Cette rencontre n'avait pas lieu d'être. Je me rends compte que tous ceux qui sont là présents cherchent des postes ministériels. On n'a pas tous besoin d'être ministre pour être bien », conclut-il.

Comité de suivi

Prochaines étapes : la mise en place du comité de suivi au niveau national de l'accord de Khartoum et la mise en place des patrouilles armées mixtes. Les acteurs de la crise centrafricaine doivent se retrouver pour faire le point sur les avancées, le mois prochain à Bangui.

Aucun représentant du gouvernement à Addis-Abeba n'a pu être interviewé par RFI pour dresser son bilan de ces 72 heures de discussions.

Je suis heureux que lors de ces conclusions, on ait revu de part et d’autre une certaine fraternité, une certaine confiance retrouvée et un espoir que cette fois-ci soit la bonne.

Smaïl Chergui
20-03-2019 - Par Vincent Dublange

► L'accord de paix en RCA est à la Une de la Revue de la presse africaine ce matin

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.