Francophonie: au Nigeria, l'apprentissage du français a la cote

Vue aérienne de Lagos, la plus grande ville du Nigeria (image d'illustration).
© ©creative commons

Au Nigeria, la langue française est considérée comme un outil important notamment pour accélérer une carrière professionnelle. De nombreux Nigérians sont tentés par les applications en ligne pour apprendre le français. Depuis quelques années, écoliers, étudiants mais aussi adultes en mal de reconversion se ruent sur celles proposant des options gratuites.

Nwando Ivenso s'oblige à apprendre le français via une application sur son téléphone. Sur une base de dix minutes par jour, Nwando espère à terme pouvoir suivre des films et lire en français. « Je dois dire comment on salue, explique la jeune femme. Maintenant l'application me demande de prononcer les mots correctement ».

Maîtriser la langue française, c'est le rêve d’Anthonia Nayaba. Après sa licence de diplomatie obtenue en 2016, elle a tenté de renforcer ses bases en français, avant d'abandonner. « Prendre des cours de langue au Nigeria, à Lagos, coûte assez cher. Sur les conseils d'une amie, j'ai téléchargé une application sur mon téléphone pour apprendre le français, raconte-t-elle. Franchement, une application mobile c'est peut-être utile pour apprendre les mots et l'orthographe, mais cela ne m'a pas vraiment appris à parler ».

« Vous ne pouvez pas apprendre une langue si vous ne la parlez jamais »

Des Nigérians souhaitant devenir francophones, Patricia Kayembe en croise beaucoup à Lagos. Depuis près de douze ans, cette Congolaise enseigne le français et, pour elle, les applications sont loin d'être une solution.

« Vous ne pouvez pas apprendre une langue et stocker le vocabulaire, tout dans votre tête si vous ne la parlez jamais. A quoi ça sert ? Vous apprenez à saluer. Ne saluez pas votre ordinateur, saluez une personne qui parle le français. “Bonjour !” et la personne vous répond. La personne a compris ce que j'ai dit. Je ne suis pas contre les applications mais je ne conseillerais pas aux gens de s'en servir », conclut-elle.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.