Republier
Mali Médias

Disparition de Birama Touré au Mali: la convocation du fils du président annulée

Du nouveau dans l’affaire de la disparition du journaliste malien Birama Touré qui avait travaillé au «Sphynx».
© Getty Images/ Spaces Images

Il y a du nouveau dans l’affaire de la disparition du journaliste malien Birama Touré, qui avait travaillé au Sphynx. Les proches de l’ancien reporter de l’hebdomadaire privé d’investigation sont sans nouvelles de lui depuis un peu plus de trois ans. Un journal français, L’Express, et deux journaux privés maliens se sont interrogés sur le rôle qu’auraient pu jouer certaines personnes dans l’affaire. Parmi elles, le très médiatique Karim Keïta, député à l’Assemblée nationale et fils du président malien. Pour la première fois, il a été convoqué ce jeudi 21 mars par la justice malienne, mais il ne se déplacera pas puisque la convocation a été annulée au dernier moment.

Pourquoi cette volte-face du juge ? L’immunité du député n’aurait pas été levée avant, disent certaines sources. « Le juge ne le savait-il pas ? », s’interrogent de leur côté des observateurs. Autres explications qui circulent : la copie de la convocation a inondé les réseaux sociaux et, pour la sérénité de l’enquête, il fallait donc l’annuler. Mais d’autres se demandent si le juge d’instruction aurait pu subir des pressions.

Officiellement, on ne sait pas pourquoi Karim Keïta était convoqué mais c’est dans le cabinet du juge où il devait se rendre que se trouve un dossier explosif : l’affaire Birama Touré. Depuis un peu plus de trois ans, ce journaliste malien est porté disparu. Il avait travaillé de nombreuses années pour Le Sphynx, un hebdomadaire souvent très critique vis-à-vis du pouvoir.

Un journal français et deux journaux maliens se sont interrogés sur le possible rôle qu’aurait joué dans l’affaire un certain nombre de personnes dont Karim Keïta, député et fils de président, ainsi qu'un colonel de l'armée, cheikh Oumar Ndiaye alors chef de la division des enquêtes de la sécurité d'Etat. A en croire ces deux journaux, Birama Touré aurait tenté de faire chanter le fils du président avec une affaire de mœurs. Le colonel aurait fait en sorte que le journaliste n'importune plus Karim Keïta.

Le Sphynx affirme que le reporter serait mort « après des tortures ». Des personnes citées dans le dossier ont démenti leur prétendue implication, mais Karim Keïta n’a toujours pas fait de déclaration officielle.

J’avoue que, dans un premier temps, c’était une frustration pour nous dans la mesure où nous souhaitons que la lumière soit faite sur cette affaire.

Kassim Traoré, président du comité de soutien à Birama Touré
21-03-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.