Election au Comores: indépendants face à la machine présidentielle

Des affiches de campagne à l'effigie de Soilihi Mohamed, alias «Campagnard», dans le village de Domoni, le 20 mars 2019.
© GIANLUIGI GUERCIA / AFP

Les Comores s’approchent à grands pas de l’élection présidentielle de dimanche. Le chef de l’Etat, Azali Assoumani fait face à 12 autres candidats. Fait insolite, si certains de ses adversaires ont le soutien de partis politiques, ils ont tous le statut d’indépendant. Une situation qui n’est pas toujours facile face à la machine présidentielle.

Cette dernière tournée a permis au candidat de réaffirmer son attachement à l’ancien président Sambi.

[Reportage] La campagne présidentielle de Juwa à Anjouan
22-03-2019 - Par Anziza M'Changama

Ancien chef d’état-major, Soilihi Mohamed a affronté les mercenaires de Bob Denard en 1995. Surnommé « Campagnard », il est novice en politique et n’a le soutien d’aucun parti.

« C’est compliqué, c’est un défi et c’est ce qui montre notre détermination, explique Kamal Eddine Saindou, directeur adjoint de campagne. On se cotise, on gère au jour le jour, on a fait une campagne de proximité... Mais c’est en même temps ce qui fait notre fierté face à un candidat qui a une machine financière derrière lui et qui utilise les moyens publics. Cela nous permet aussi de renforcer cette identité : si véritablement nous voulons changer ce pays, nous devons changer ces modes de financement. »

L’équipe de « Campagnard » dénonce aussi la rupture unilatérale d’un contrat de ramassage d’ordures avec la société de l’ex-militaire. Une façon de tarir ses finances, selon son entourage.

► Les Comores, une histoire mouvementée

Me Saïd Larifou est ancien porte-parole de la majorité et désormais opposant. Il dirige le parti Ridja, mais doit se présenter en tant qu’indépendant. « Tout parti qui n’a pas un représentant à l’Assemblée n’est pas considéré comme parti, rappelle son trésorier de campagne, Saïd Nassur. Cela a augmenté notre popularité parce que le peuple sait très bien qu’on est victime d’une discrimination. Je peux vous dire qu’en l’espace d’un mois, j’ai recruté 1 600 personnes. »

Face à la machine électorale de la majorité, les candidats indépendants gardent espoir. Les plus optimistes voient même le président Azali éliminé dès le premier tour.


■ La Céni tente de rassurer sur les risques de fraude

L’opposition soupçonne le président Azali de préparer des fraudes pour l’emporter dès le premier tour. Ce jeudi, la Commission électorale a tenté de rassurer. Selon son secrétaire général, le risque de triche est faible et il appelle les candidats à dénoncer toute manœuvre destinée à fausser les résultats.

Il y a eu des tentatives dans les élections passées, mais c’était très facile à déjouer.

Mzé Dafiné Saïd, secrétaire général de la Céni
22-03-2019 - Par Sébastien Nemeth

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.