Gabon: «Appel à agir» demande la reconnaissance de la vacance du pouvoir

Le président Ali Bongo lors de ses vœux télévisés aux Gabonais le 31 décembre 2018.
© Présidence de la République gabonaise

Au Gabon, l’initiative « Appel à agir » défraie la chronique après avoir lancé un ultimatum aux autorités pour reconnaître la vacance du pouvoir en l'absence d'Ali Bongo Odimba. L’initiative, née fin février et qui regroupe dix personnalités politiques, syndicales et de la société civile, a, depuis, obtenu de plus amples soutiens dont celui de l'opposant Jean Ping. Tous dénoncent une « imposture » en l'absence du président Ali Bongo Odimba, actuellement en convalescence au Maroc après un AVC survenu le 24 octobre dernier. Si rien n'est fait d'ici le 31 mars, nous « devrons agir pacifiquement », dit le communiqué d’Appel à agir.

Il y a une situation qui s’impose à tout le monde : la personne qui est supposée être chef de l’Etat est absente de son poste depuis plusieurs mois.

Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, membre de l'Union nationale et d'Appel à agir
21-03-2019 - Par Julie Vandal

Pour le gouvernement, il s'agit d'appels « à la désobéissance et à la rébellion ». Libreville a menacé ces auteurs de sanctions judiciaires. Autre réaction : c’est par le biais d’une publication sur son compte Facebook que Brice Laccruche Alihanga, le directeur de cabinet du président de la République, a réagi ce mercredi à la polémique, y opposant ce qu’il a qualifié d’« Appel à agir concrètement et pour le bien commun ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.