Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai

Vue générale de Beira au Mozambique après le passage du cyclone.
© ©IFRC/Croix-Rouge via Reuters

Le passage du cyclone Idai a ravagé une partie de l’Afrique de l’Est. L'ONU estime qu'au Malawi, près d'un million de personnes ont été affectées et plus de 80 000 d'entre elles ont dû quitter leurs foyers. Au Zimbabwe, il y a plus de 100 morts et près de 200 000 personnes touchées. Autre pays fortement touché, c'est le Mozambique et particulièrement la région de Beira. Plus de 200 victimes ont déjà été comptabilisées et, sur place, les secours se débattent toujours.

C'est une réponse en deux temps désormais. Il y a toujours urgence d'abord, car les fortes pluies et les inondations aggravent la situation. Pour le gouvernement mozambicain, ce sont 15 000 personnes qu'il faut encore sauver des eaux. Et il faut faire vite, de la pluie est encore annoncée.

La coordinatrice de la mission d'urgence de Médecin sans frontières Belgique explique par ailleurs que certains barrages atteignent leur niveau maximum. Ils peuvent donc céder et il va peut-être falloir les ouvrir au risque de voir de nouvelles zones sous les eaux et de rendre l'accès aux victimes d'autant plus difficile.

Besoin de vivres

La course contre la montre concerne également la question des vivres. La coordinatrice de MSF nous disait que les réserves d'eau potable de Beira seraient bientôt à court.

Déborah Nguyen travaille, quant à elle, pour le programme alimentaire mondial et elle confirme ses difficultés : « L’eau potable est un vrai problème puisque le centre de traitement de l’eau ne fonctionne pas. Ils sont en train de le réparer. On a vu ici des images de personnes en train de boire l’eau des inondations, de l’eau qui n’est pas potable. C’est assez grave. » Le PAM attend désormais des camions d'Afrique du Sud et de Zambie pour l'approvisionnement alimentaire. L'organisation a déjà distribué près de 22 tonnes d'aide.

Enfin, le deuxième temps, c'est maintenant de s'occuper de toutes les personnes survivantes déplacées. Près de 400 000 personnes seraient concernées, selon l'ONU. Il faut leur trouver des abris pour la plupart. Les Nations unies ont justement annoncé ce mercredi qu'elles allaient lancer un appel de fonds massif pour financer les opérations de secours. Il faut encore quantifier précisément les besoins, selon un porte-parole. Mais sur place, en tout cas, l'aide arrive bien trop lentement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.