Mozambique: noyée, Beira tente de se relever après le passage d'Idai

Un homme porte ses deux enfants dans Beira inondée, le 23 mars 2019.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

Le bilan provisoire du cyclone Idai au Mozambique et au Zimbabwe s'est encore alourdi pour atteindre au moins 675 morts. Les humanitaires se disent désormais inquiets des risques d'épidémies et estiment que près de 600 000 personnes dans toute la région du Centre ont besoin d’aide humanitaire. RFI est à Beira, la quatrième ville du Mozambique détruite à 90%.

La situation sur place est toujours très précaire, même si les principaux axes ont été dégagés, que les habitants se sont rapidement mobilisés pour essayer de nettoyer leur ville, Beira offre toujours un spectacle apocalyptique : maisons détruites, pylônes renversés, toitures arrachées, des quartiers entiers ont été lessivés. Quant à la province de Sofala, elle est encore largement sous les eaux : on voyait depuis l'avion des étendues d'eau et de boue marron à perte de vue.

→ RELIRE : Mozambique: face à l'ampleur du désastre, l'ONU tire la sonnette d'alarme

Les autorités mozambicaines avaient mis en place un plan d’urgence avant l’arrivée du cyclone. Des populations ont été évacuées, des écoles fermées pour servir de centre d’hébergement de fortune. « Mais nous avons été complètement dépassés par l’ampleur du désastre, a expliqué Augusta Maita, directrice générale de l’Institut national de gestion des catastrophes. Le cyclone a été plus puissant que prévu et les pluies diluviennes qui ont suivi nous ont pris de cours ».

On a beaucoup de stock, on va pouvoir commencer à distribuer aux familles qui ont été affectées par le cyclone et les inondations.

Déborah Nguyen, porte-parole du Programme alimentaire mondial
23-03-2019 - Par Gaëlle Laleix

Néanmoins, d'un point de vue logistique la situation s'améliore. L'électricité est revenue par endroits, les communications également, même s'il y a encore des coupures importantes. L'aide humanitaire commence à arriver à l'aéroport. Trois bateaux de la marine indienne ont également déchargé des conteneurs de vivres au port de Beira. Cette aide ne peut pas sortir pour le moment, car les services de douanes n'ont pas encore été remis sur pied, mais ce devrait être fait d'ici lundi.

Le grand défi maintenant est d'atteindre les populations. Les eaux commencent à redescendre et les familles ne veulent pas quitter leur maison. Les humanitaires ont donc renoncé à organiser un grand camp où les victimes viendraient trouver de l'aide, mais ont fait le choix d'apporter vivres, eaux et médicaments dans les localités environnantes. Des centres de distributions devraient être mis en place dans les plus brefs délais.

→ RELIRE : Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai

Vue de la ville côtière de Beira envahie par les eaux après le passage du cyclone Idai, le 23 mars 2019. © REUTERS/Mike Hutchings

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.