Republier
RDC

RDC: la Céni dévoile le calendrier de l'élection des gouverneurs

La Céni a fixé l'élection des gouverneurs au 10 avril (image d'illustration).
© Caroline Thirion / AFP

Repoussée sine die par Félix Tshisekedi, l’élection des gouverneurs a été finalement fixée au 10 avril par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Retour sur cette affaire qui cristallise l’actualité politique en RDC.

Vendredi 15 et samedi 16 mars, plusieurs militants de l’UDPS de Félix Tshisekedi manifestent dans plusieurs villes de la RDC contre leurs propres députés provinciaux qu’ils accusent d’avoir été corrompus pour voter en faveur des candidats sénateurs du Front commun pour le Congo (FCC), la plateforme de Joseph Kabila, qui a raflé la majorité au sénat.

Et dans la foulée, la présidence de la République annonce la tenue d’« une importante » réunion interinstitutionnelle à l’issue de laquelle d’importantes décisions devraient être prises.

Lundi 18, la réunion a lieu, parmi les décisions annoncées : la suspension de l’installation des sénateurs élus, le renvoi à une date ultérieure de l’élection des gouverneurs et l’instruction au procureur général de la République près la Cour de cassation d’élargir les enquêtes sur les allégations de corruption des députés provinciaux.

Contestées, notamment par le Mouvement de libération du Congo de Jean-Pierre Bemba et le Front commun pour le Congo de Joseph Kabila, ces mesures sont saluées par les militants de l’UDPS.

Quatre jours plus tard, les auditions au niveau de la justice sur cette affaire débutent. Cependant, au sein de la société civile, le renvoi sine die de l’élection des gouverneurs inquiète et certaines organisations commencent à s’interroger sur le blocage du processus électoral.

Entretemps, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) consulte quasiment toutes les parties prenantes dont le cabinet du chef de l’Etat pour enfin fixer le nouveau calendrier de cette élection.

Nouveau calendrier publié, la Céni espère que dans l'intervalle, les enquêtes du procureur pourront avancer et les premières sanctions seront annoncées afin de dissuader tout ceux-là qui seraient tentés de corrompre ou de se laisser corrompre.

Le communiqué de la Céni fait suite aux travaux de la réunion interinstitutionnelle du 18 mars. La Céni dit que suite à cette réunion, elle a entrepris des consultations avec toutes les parties prenantes au processus. Donc je pense qu'elle ne va pas à l'encontre de l'autorité établie.

Jean-Baptiste Itipo
23-03-2019 - Par Florence Morice

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.