Centrafrique: le nouveau gouvernement déjà contesté

Le président centrafricain Touadéra lors de la signature de l'accord de paix à Khartoum, le 5 février 2019.
© REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah/File Photo

En Centrafrique, la nouvelle équipe gouvernementale conduite par le Premier ministre Firmin Ngrebada ne fait pas l'unanimité. S’il se veut plus « inclusif », avec plusieurs portefeuilles ministériels confiés à des représentants de groupes armés, l'opposition et la société civile regrettent de ne pas être représentées.

A peine dévoilé, déjà contesté. Si les proches du président Faustin-Archange Touadéra conservent les ministères-clés de la Défense, de l'Economie ou encore des Affaires étrangères, plusieurs représentants des groupes armés se sont également vus confier des portefeuilles ministériels. Sur les 39 ministres nommés, au moins huit sont des représentants des groupes armés.

Une recomposition du paysage politique jugée problématique par Joseph Bindoumi, le président de la Ligue centrafricaine des droits de l’homme.

« C'est vrai qu'il y a des compétences parmi les ministres qui occuperont les ministères régaliens. Mais il y a de fortes chances qu'ils soient limités dans leurs capacités dans la mesure où on met à côté d'eux des gens qui sont sortis des maquis et qui ont une autre vision de la paix en République centrafricaine », pointe-t-il.

Comme lui, l'opposant et ancien Premier ministre Nicolas Tiangaye, déplore l'absence de membres de l'opposition et de la société civile au sein de cette nouvelle équipe.

« Ce gouvernement n'est pas suffisamment inclusif en ce sens qu'il n'est pas représentatif des forces politiques et sociales du pays, estime-t-il. En réalité, il s'agit juste d'un partage de postes entre les partisans du président Touadéra et les groupes armés ».

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Maxime-Ange Kazagui, préfère de son côté y voir une nouvelle étape vers la résolution du conflit en Centrafrique. « C'était, selon l'approche du président de la République – et d'ailleurs suivi par ses pairs de l'Union africaine – l'approche à travers laquelle les groupes armés sont censés à présent déposer les armes, ramener la sécurité et donc la paix », affirme-t-il.

La précédente version de ce gouvernement, nommée début mars, avait provoqué la colère de plusieurs groupes armés. Ces derniers s'y estimaient insuffisamment, voire pas du tout, représentés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.